Document de réflexion (SSCO)

REPUBIQUE DU TCHAD
Unité-Travail-Progrès
SECRÉTARIAT DE SUIVI ET DE COORDINATION DE LA CONFÉRENCE DE L’OPPOSITION TCHADIENNE(SSCO)

DOCUMENT DE REFLEXIONS, DE CONTRIBUTION DE CHAQUE MEMBRE DE L’OPPOSITION DE LA DIASPORA À SA CONFÉRENCE DANS LES PROCHAINS JOURS SUR UNE PLATE-FORME DE TRANSITION POLITIQUE AU TCHAD. CE DOCUMENT, SERA SOUMIS DANS UN DEUXIÈME TEMPS AUX POLITICO-MILITAIRES, OPPOSITION DÉMOCRATIQUE ET SOCIÉTÉ CIVILE POUR SON EVENTUELLE ADOPTION FINALE AU FORUM NATIONAL.

Le document se compose de:

1. La composition d’un Comité ad hoc chargé de la préparation de la Conférence de l’Opposition de la Diaspora.

2. Les grandes lignes du projet de plate-forme de transition politique au Tchad.

3. Un mémorandum au Président de l’Union Africaine, au Secrétaire Général des Nations Unies, au Président de l’Union Européenne, aux Présidents des Grandes Puissances membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies, leur demandant de faciliter la transition politique au Tchad par l’organisation d’un Forum national dans un pays étranger neutre et d’invalider la réélection frauduleuse d’Idriss Déby le 03 mai 2006 qui se profilerait à l’horizon.

4. Proposition d’élection à la clôture de la conférence, d’un autre Comité ad hoc dynamique, compétant, disponible et efficace, chargé d’entamer des discussions avec les politico-militaires, l’opposition démocratique et la société civile sur la plate-forme de transition et de faire de lobbying auprès de la Communauté internationale afin de faire aboutir l’organisation d’un Forum national dans un pays étranger neutre d’une part et de faire invalider l’éventuelle réélection frauduleuse d’Idriss Déby le 03 mai 2006, d’autre part.

Cette conférence sera atypique dans son genre: les interminables et polémiques stériles seront bannis. Les réponses aux questions seront précises, sans équivoque et ne souffriront d’aucune ambiguïté et insuffisance. Le sens de responsabilité et le pragmatisme des représentants des partis politiques qui viendront avec leurs propositions concrètes et siègeront dans les commissions concernées à la plate-forme de transition, permettront de boucler les travaux de la dite conférence en 2(deux) jours.

I. Composition du Comité ad hoc chargé de la préparation de la Conférence de l’Opposition de la Diaspora

– Dr BOULADA Jean-Prosper, Coordinateur du FU/ADT(Front Uni pour l’Alternance Démocratique au Tchad), Chargé du Dossier technique au SSCO, <boutrad@noos.fr> tél.:33 3 88 45 70 07 mobile : 33 3 6 70 07 37 34

– Dr DJIME Adoum <DADOUM@CSREES.USDA.GOV> ou < sahelien@verizon.net >tél.: 001 301 987 8859 mobile:001 301 370 6764

– Dr LEY-NGARDIGAL Djimadoum, Secrétaire Général de l’ACTUS
(Action Tchadienne pour l’Unité let le Socialisme),
< actus@club-internet.fr >
Tel : 33 3 2 22 92 02 39
Mobile: 33 36 29 97 25 71

– Commissaire EHEMIR Néné, représentant de l’Alliance des Démocrates Résistants en Europe (ADR) <nenetorna@yahoo.fr > tel.: 33 3 4 91 58 06 99 mobile: 33 3 6 32 00 03 04

– KOULAMALLAH Abdelaziz, Sécrétaire Général de l’ACT(Action pour le Changement du Tchad), Chargé du Dossier Canada au SSCO, <toukour@hotmail.com> tel.: 33 3 2 48 65 27 55 mobile: 33 3 6 62 26 06 33

– Ahmat YACOUB, Ex-Secrétaire Général du FNTR (Front National du Tchad Rénové), Directeur d’Alwihda et Personnalité Ressource <Yacoubahmat@aol.com> mobile: 33 3 6 63 90 18 30

Les missions du Comité ad hoc de préparation de la conférence:

Le Comité ad hoc propose :

– un lieu de la tenue de la conférence: Sans hésitation, nous avons choisi l’Allemagne. En effet, l’engagement de la France de Jacques Chirac aux côtés d’Idriss Déby frise l’irrationel. Cette impartialité est de nature à torpiller la tenue d’un Forum national et surtout de sa réussite.


– un mémorandum ne dépassant pas une page:vos amendements se feront par retour du courrier. Dans le cas où vous seriez favorables au contenu du mémorandum, vous passerez un coup de fil ou vous enverrez un courriel car il est plus urgent au Comité ad hoc de prendre contact avec les autorités allemandes pour faciliter les formalités de visas aux participants surtout pour ceux qui viendront de loin.

Le Comité ad hoc du Forum national qui sera élu à la conférence, soumettra un projet d’une plate-forme minimale de transition succincte alliant rapidité sans tergiversations, pragmatisme, efficacité et volontarisme. Ce choix a pour unique objectif de poser les jalons d’une véritable résolution pérenne du problème tchadien qui perdure.

II. Résumé des grandes lignes du projet de plate-forme minimale de transition.

Les réflexions et contributions approfondiront les grandes lignes du projet de la plate-forme minimale de transition

La classe politique tchadienne (l’opposition démocratique, l’opposition de la diaspora et les politico-militaires et la société civile) a, chacune en ce qui la concerne, un projet de transition au Tchad. Cette question n’est pas nouvelle. Chaque mouvement politique a toujours sa petite idée sur la question. Le problème que pose cette profusion de projets de transition, est qu’ils sont classés dans des archives et n’intéressent personne pas même le peuple tchadien, puisque nous combattons le pouvoir clanique d’Idriss Déby en ordre dispersé et offrons à l’opinion nationale et internationale une mauvaise image de l’opposition. Il est temps de les dépoussiérer et d’en faire un outil de travail.

Le but de la conférence de la diaspora et du Forum national est de faire une synthèse de ces projets afin de la rendre applicable pour le Tchad dans un contexte de formations politiques et politico-militaires plurielles.

En conclusion, le Forum national doit adopter une plate-forme minimale de transition par consensus et non par imposition par la force dudit document venant d’un parti politique ou d’une coalition des politico-militaires à tous les autres acteurs de la vie politique. Une telle tentative dictatoriale serait vouée d’avance à l’échec comme en témoigne la crise tchadienne. L’opposition plurielle se doit d’œuvrer pour la réalisation de l’intérêt général des masses populaires tchadiennes et de l’avenir de la nation tchadienne.

Le but du Comité ad hoc de la préparation de la conférence de l’opposition de la diaspora est de tracer les grandes lignes de la plate-forme minimale de transition:


1. Constat de l’état des lieux ou déclaration de politique générale nationale

2. Les causes de l’impossible politique de réconciliation nationale des différents pouvoirs qui se sont succédé à la tête de l’Etat tchadien avec son opposition politico-militaire et démocratique

3. Les espoirs déçus de la Conférence nationale souveraine et l’anatomie des mécanismes de domination politiques, socio-économiques et culturels du peuple tchadien imposés par la dictature clanique d’Idriss Déby.

4. La plate-forme minimale de transition proprement dite:

Une plate-forme minimale de transition est un accord de paix à l’issue d’un dialogue inter-tchadien supervisé par l’Union africaine et la Communauté internationale, qui conduira à la formation d’un gouvernement pour gérer la période de transition qui ne devrait pas excéder 12 mois.

4.1. Composition de ce gouvernement: tous les acteurs de la vie politique tchadienne

4.2. Durée de la période de transition: maximum 12 mois.

4.3. Le Cahier de charges de la période de transition élaborera des documents, éléments introductifs de solutions aux problèmes cruciaux du Tchad : la question de l’armée, le projet de constitution et la préparation des élections libres, démocratiques et transparentes. Afin d’assurer la transparence de l’organisation des futures élections, les membres du gouvernement de transition, ne pourront faire acte de candidature aux premières élections présidentielles et législatives de la première période post-transition.

4.4. Les institutions de la République pendant la période de transition:

Il s’agit ici d’appliquer rigoureusement le principe de compétence, de probité et d’impartialité suivant : l’homme ou la femme qu’il faut à la place qu’il faut pour gérer la période de transition:

– Du pouvoir exécutif et le statut du Président du gouvernement de transition:

Quelles personnalités politiques rempliraient les critères susmentionnés et seraient capables d’animer la transition et de la conduire à bon port ? Sans perdre de vue cette réalité qu’Idriss Deby ne comprend qu’un seul langage, celui de la force et les politico-militaires ont montré à suffisance ces derniers jours qu’il n’y a que la force qui serait à mesure de faire plier Idriss Deby, néanmoins, sans condamner d’emblée leur détermination, accepterions-nous encore la suprématie des rapports de force militaire, qui naguère, se sont imposés comme solutions ? Les membres du gouvernement ainsi que le Président de transition seront-ils désignés par le Forum national ou par consensus ? Le Président du gouvernement transitoire aurait-il ou non un premier Ministre ? Dans l’affirmatif, serait-il désigné par le Forum national ou par le Président?


– Du pouvoir judiciaire

Les structures judiciaires notamment les désignations aux postes de responsabilité feront l’objet d’un Conseil du gouvernement qui statuera sur chaque candidat selon les critères susmentionnés.

– Du pouvoir législatif:

L’Assemblée nationale actuelle, Chambre d’enregistrement du pouvoir clanique par sa majorité parlementaire mécanique, sera dissoute. Le Forum national décidera de la suite à donner.

Telles sont les grandes lignes de la plate-forme de transition et les questions qui restent sans réponses. Les poser, c’est déjà entrevoir des réponses mais surtout rompre avec l’inaction politique, c’est contribuer à ne pas transmettre aux générations futures un héritage explosif par rapport à l’évolution de la situation politique actuelle.

 »Pour le Comité ad hoc d’organisation de la conférence de la diaspora
Chargé du Dossier Technique au SSCO »

Dr Jean-Prosper BOULADA
Tel. :33 3 88 45 70 07
Mobile : 33 3 6 70 07 37 34
boutrad@noos.fr


Commentaires sur facebook