Les Brèves de N’djaména: Mais où va le Tchad ?

La semaine qui vient de s’écouler a été marquée par deux évènements majeurs :

D’abord la famine au Tchad : On est frappé par la léthargie avec laquelle  le gouvernement fait  face à  cette catastrophe ! Tous les médias (presses écrites, radios, télévisions de grande audience) du monde entier  en parlent,  sauf au Tchad où on minimise la portée  pour faire passer l’ampleur de la calamité comme un phénomène banal, là où la population meurt.  La chaîne qatarie « Aljazzira » a consacré plus de 3 fois ses éditoriaux à la sécheresse au Tchad ; les journaux à grand tirage du Moyen-Orient ont montré des vieux tchadiens en train de creuser des fourmilières à la recherche des grains, que nenni au Tchad ! Rien ne bouge, on fait semblant comme si le problème est ailleurs, dans d’autres pays !

 La sécheresse est un phénomène récurrent dans tous les pays sahélo-sahariens, mais là où le bât blesse c’est le déterminisme ambiant qui couve les psychiques de nos dirigeants  et annihile en même temps toute initiative louable pour prévenir et  contrer ne serait-ce que partiellement les effets néfastes de cette calamité. Le Tchad est un pays sahélo-saharien certes, mais on oublie qu’il est aussi un pays tropical-soudanien ; cette partie du pays où la moyenne pluviométrique est de 800ml contre 120ml au Nord peut couvrir non pas seulement les besoins du Tchad mais aussi,  selon les spécialistes, ceux de toute l’Afrique Centrale et l’Afrique Sahélo-saharienne. Sans tenir compte des  3 zones géographiques qui peuvent couvrir chacune à elle seule tous les besoins alimentaires du pays : le Lac-Tchad, le Salamat et les plaines du Mayo-Kebi – Tandjilé où les terres arables et une pluviométrie suffisante coexistent  à merveille ; alors dans ces conditions comment on est arrivé à cette situation catastrophique sachant que la partie sahélo-saharienne touchée par la sécheresse  ne couvre qu’à peine 30% de la population ? Que fait Mr Deby pendant que son peuple gratte les termitières pour survivre ? Eh bien  il se marie à 26 milliards, il se promène, il achète des véhicules de hautes standing et les gratifie à ses belles-sœurs et ses beaux-frères, ses ministres pillent sans vergogne. Les ressources pétrolières sont hypothéquées à jamais pour les générations futures et ce qu’il en reste est dilapidé par l’Itnomachie.

Cette insouciance pathologique pour des causes fondamentales explique aussi la libération camouflée de l’escroc national à savoir Mahamat Zene Bada, c’est le deuxième évènement de la semaine.  Pourquoi on a procédé à l’arrestation de Zene Bada à coups de Tam-tam et de clairon ? A-t-on su maintenant que ce voyou est un escroc patenté ? Certainement non ! Il aurait suffi qu’un bouffon vienne souffler à l’oreille de Deby  que Zene Bada prend de l’ampleur ou qu’il aurait dit ceci et cela pour que le potentat donne l’arrête illico ! C’est ça l’homme Deby. Ce Monsieur souffre d’une introversion psychopathique, il  trouve  une satisfaction psychique  dans la torture morale et physique des autres. Il faut rappeler que dans la vie il y a des hommes de souche modeste-socialement, culturellement… mais  qui sont arrivés au sommet de la gloire par leur abnégation, ils en font une fierté et en tirent les leçons de la vie comme quoi il ne faut jamais se résigner ni se donner au fatalisme béat. Par contre il y a d’autres de souche modeste mais arrivés au sommet de la gloire par un concours des circonstances ; alors ceux-là cherchent à se venger de la vie en humiliant, en piétinant, en massacrant tous ceux qui l’ont vu grandir, cherchant obstinément à effacer toute trace de leur galère du passé. Deby fait partie de cette dernière catégorie, tout comme d’ailleurs c’est le cas de tous les dictateurs à l’instar de  Saddam Hussein, Kadhafi, Ben Ali, Mobutu ou Mussolini, Franco, Hitler … malheureusement pour eux, l’histoire est terrible , dans la plupart des cas ils retombent dans la déchéance et sombrent lamentablement et définitivement dans l’abîme en entrainant avec eux malheureusement leurs parents et familles. C’est ce qui arrivera sans nul doute à Deby et compagnie. Ainsi donc l’humiliation est le « hobby » favorite de Mr Deby. Tous ces dictateurs cités plus haut ont pratiqué l’arme de l’humiliation chacun à sa manière. On nous racontait par exemple qu’un dictateur européen faisait enculer tous ses dignitaires devant leurs épouses, ou un autre africain gardait au moins une semaine chez lui à tour de rôle les femmes de tous les dignitaires nouvellement promus. Quant à Deby son arme de prédilection c’est l’arrestation suivi de bastonnade. Il a la hargne contre tous ceux qui excellent : des cadres supérieurs, des hommes ou grands indépendants, des hommes politiques ayant une assise socio-politique bien établie.

Au début Mr Deby donnait des instructions à ses gardes-de-corps pour « corriger » le malheureux tombé dans le piège, mais au fur et à mesure que le temps passe les petits militaires ont compris qu’une fois arrêté, humilié et bastonné , le bonhomme rebondit et devient Ministre ou « quelque chose comme ça », alors le bourreau  est obligé de se courber devant sa victime d’hier ; c’est pourquoi les petits combattants ne s’adonnent plus à ces jeux, par contre une fois le bonhomme conduit dans le geôle, ils reviennent auprès de Deby lui faire un compte rendu imaginaire sur les dires, actes et faits du malheureux bastonné alors qu’il n’en était rien ! Alors le despote jubile ; il est content et rit toute la journée, convoque ses bouffons pour leur faire une description inouïe des cris, des lamentations, des supplications comme s’il est présent pendant le supplice. Ainsi l’information est véhiculée de bouche à l’oreille par les bouffons dans toute la ville. Voilà comment Mr Deby casse les hommes de grande valeur et qui deviennent par la suite des simples automates sans âmes agissant comme des »remote-control ».

De ce qui précède, il faut mettre toutes ces arrestations arbitraires et extrajudiciaires dans le compte de la schizophrénie  du despote. Le vol, la concussion, les rackets et le copinage sont érigés en système de gestion ; donc pour éradiquer la gangrène  c’est tout le système MPS qu’il faut balayer définitivement ; les récentes arrestations de Zene Bada et compagnie n’est qu’une mise en garde des éventuels récalcitrants velléitaires afin de les empêcher de voler par leurs propres ailes. Zene Bada est un escroc professionnel mais aussi une grande gueule, de surcroit brave et cherche à se faire une certaine assise politique au Guerra et Deby ne veut pas du tout entendre, alors il faut inventer quelque chose pour le faire taire mais les hadjeraîs commencent à ronronner sur le cas de Zene Bada et cela effraie Deby d’où la libération sans condition.

 Deby fait arrêter des membres du Gouvernement pour malversation et détournement des biens publics, en réalité c’est vraiment de l’humour noir : pourquoi pendant 20 ans aucun membre de sa famille n’a été inquiété ? Et puis combien des personnes parmi les arrêtées, sont passées devant un juge et condamnées en bonne et due forme ? Il s’agit de toutes les personnes politiques comme celles du droit commun, combien ont-elles suivi un procès normal et condamné régulièrement, depuis plus de 20 ans. C’est le sultan qui décide : il arrête qui il veut, le libère quand il veut, exécute qui il veut, c’est une distraction pour lui. Combien des tchadiens gisent dans les différents bagnes de Deby sans qu’on sache de quoi on les reproche, aucune visite d’un juge ou des parents. Sur ordre personnel de Deby. Point final. Et les tchadiens s’y résignent.

Mahamat Ahmat
N’djaména – Tchad


Commentaires sur facebook

10 Commentaires

  1. Sauvageot

    Dans d’autres pays même la vie privée des hommes politiques et des stars intéresse les citoyens et le public. Merci à Monsieur Mahamat Ahmat qui informe le public avec d’abondants détails la vie politique de nos dirigeants. Nous oublions que nous sommes dans une démocratie. Nous sommes prêts pour venir en aide à nos frères de toutes les régions sinistrées. Créer un organe pour recueillir ces fonds serait la bonne manière de procéder mais connaissant les tchadiens, un quart de ce qui sera collecté parviendra effectivement aux sinistrés. Et pourquoi le faire quand nous voyons beaucoup d’argent circuler chez certains qui ne savent même pas ce qu’il faut faire avec que d’aller passer le week-end à Paris, Addis Ababa, etc et de célébrer des mariages avec fastes et que le devoir leur incombe au premier chef? 

  2. Tchadien

    Suggérer d’aider les parents qui meurent de la famine au pays est une nécessité. Et le peuple tchadien est un peuple généreux sans aucun doute. Les tchadiens ne laisseront pas leurs frères et soeurs mourir de faim. Cependant, je suis triste de constater qu’un enseignat checheur tchadien Didier Djekounro puisse réflechir de la sorte. Dire, réciter la vie de nos dirigeants face à cette famine entretenue est intellectuellement malhonète, réducteur et d’un niveau très bas. Cela montre aussi qu’au Tchad et c’est dommage pour le pays que ceux qui sont censés mieux réflechir pour aider les tchadiens à jouir de leur immenses ressources puissent cautionner des pratiques qui contribuent à ne s’attaquer pas aux racines du problème et qui engendrent régulièrement des pertes énormes en vies humaines. Monsieur l’enseignant chercheur, au lieu d’analyser objectivement cette situation et de nous dire de se lever comme un seul homme pour aider nos parent; il faudrait dénoncer les vrais injustices qui amènent à cette famine et demander à tes étudiants et à la population de se léver comme un seul homme pour mettre fin à la mauvaise gouvernance du Tchad qui est la source principale de la famine foudrayante. Monsieur le chercheur, il faut à un moment donné de l’histoire être courageux et être du côté des victimes et non pas soutenri implicitement une gouvernance qui a conduit à l’accentuation de cette situation de famine. Par cette situation, le régime pense avec cynisme contrôler durablement l’exercice du pouvoir. C’est vraiment triste qu’un enseignant chercheur tchadien raisonne de la sorte face à la famine que connait le Tchad actuellement. Il est indéniable que la diaspora tchadienne mieux organisée peut être l’une des clefs du changement de la gouvernance au Tchad.

  3. khamis

    ce pas comprehensible ce qui se passe au tchad. Tous les couches de la population est delaissées. Rien ne marche. des doungourous sans formation, ni avenir sont nommés ministre et ne peuvent dire la vérité en face de Deby. Des voleurs comme adoum djimet, des clowns comme Haykal zakaria sont propulser ministre et ne vooient rien, ne comprenne rien. Les ressource du pays sont dilapidé par des gens sans conscience. il est pas bon d’etre tchadien ces derniers. on s’en cache la natioalité..

  4. Sidikh

    Ce n’est pas un raisonnement   intellectuel de votre part Mr l’ENSEIGNANT CHERCHEUR .Je pense que quant il  y’a un problème, la 1ere des choses à faire c’est de s’avoir quelle  en est  la cause ? Bien sure ns pouvons contribuer pr aider nos parents qui souffrent, mais est ce qu’il faudra slmt réagir ainsi a chaque fois qu’il y’aura un problème de ce genre ?sans parler de ses  causes? Sans parler de la négligence et de l’ignorance de nos dirigeants  égoïstes, qui ne pensent qu’a leur entourage et s’en  foutent des autres ? Ce genre de problème ne doit  pas exister ds le Tchad actuel si et seulement s’il ya des  dirigeants qui on l’esprit de  PATRIOTISME. Dommage.

  5. Azawak

    Attention IDI à trop racler le milieux beri, peu répondent présent pour ses expéditions extra territoriale, il ratisse dans le milieu arabophone qui du jour au lendemain trouve grâce à ses yeux.
    Souhaitons que les jeunes des fariks ne tombent pas dans le piège et se laisse enrôlé dans ces aventures ou les morts se compte par dizaines de milliers.

  6. Nanadoum

    Contribuer financièrement à aider les tchadiens qui meurent de faim est un acte de charité louable pour toute personne qui a du cœur.
    Mais comment peut-on le faire, pendant que Deby va piocher dans la caisse du trésor Public, pour donner une dote 26 000 000 USD, soit l’équivalent de 13 milliards de FCFA, à Moussa Hilal, un criminel international recherché par la CPI, pour épouser sa fille. Si on y ajoute les autres cadeaux et largesses faites à la fille et à ses parents, il faut doubler donc la mise qui passerait à 26 milliards de FCFA.
    Savez vous qu’avec cette somme on pourrait donner un repas chaud quotidien à 95 000 tchadiens pendant un an!
    Les organisations internationales ou toute autre personne qui donnerait de l’argent ou des vivres pour nourrir les affamés tchadiens serait un complice de DEBY.

  7. Kouchiakbe Jean

    Chers Nanadoum et Siddick, la sonnette d’alarme lancee par notre enseignant n’est pas vaine. A present, ne parlons pas des detournements des biens publics, nous sommes en urgence alimentaire et nos parents meurent de faim. Donc, pour moi je crois qu’il a emis l’idee de conscientiser les tchadiens sur ce qui se passe dans une partie du pays. Que tchadiens de la diaspora ou de l’interieur, nous devons faire quelque chose pour les demunis. L’Etat tchadien ne fait rien pour la population, ca sert a rien de dire que les gens ont detourne 1milliard, 25millards,; qu’est ce qu’on peut faire en perdant nos temps a ecrire. Les memebres du gouv est entrain de faire ce qui leur semble bon et pour aucune punition a subir. Les gens ont crie combien de fois depuis 20ans…..Ibni est mort, qui a dit quoi et quel resultat nous avons obtenu? Ibni aurait deja aider combien des jeunes tchadiens en maths et combien des jeunes auraient obtenu des bons diplomes suite a l’encadrement du defunt Ibni??? Ne passons pas nos temps a faire de la politique les gars, vous n’obtiendrez tant que le pouvoir sert de la vache a lait a l’Occident. Ce que pense Didier est vraiment soutenable, je suis un comptable et je vis a l’etranger depuis combien de temps vous savez??? Essayons en tant que jeunes tchadiens et intellectuels de batir ensemble une idee pour faire face a ce genre de situation. Nous pouvons facilement gagner de financements des grandes institutions financieres( BM, BAD ECHO, DFID, UE…) si nous creons une Asso ou une ONG nationale consittuee des jeunes tchadiens pour lutter contre cette calamite naturelle qui sevit dans le Kanem. Je parle en connaissance de cause et je suis bien place pour aider dans ce sens et meme le gouv peut soutenir mais creer une idee politiq, ca serait seulement du bavardage. Nous constit en Asso ou ONG et dire par exple que nous allons creer un grenier national dans les zones a probleme et vous ferrez que ca va aller et il suffit d’ecrire un projet de financement. Excusez moi, j’ai trop d’idees que je peux meme faire des centaines de pages. Merci et bon courage a notre chercheur.

  8. Issa Justin

    Bonjour mes frères. je suis de ceux qui pensent que le Tchad a besoin des medecins pour le Guérir de son mal, un mal entretenu par ceux qui pensent qu’ils doivent faire la pluie et le beau temps dans un pays peuplé de plus de onze millions d’âmes. Mon enseignant chercheur enseigne-t-il le droit ou l’économie? Naturellement il est juriste puisque ce sont nos pseudo-juristes qui sont à l’origine du malheur de ce beau pays. Il est honnête de dire que dans ce pays, il y a de l’argent pour faire face à ces situations de crise mais l’obstination du Président et se famille faire des tchadiens des vassaux fait que quand il y une pénurie quelque part, on encourage cela en allant même défier ceux qui sont victime de cette pénurie. Quand on est enseignant-chercheur, on est quand même une tête pensante et on ne doit pas occulter les problèmes de sa société car les recherches que nous tous nous faisons doivent plutôt servir au bien-être de nos concitoyens sauf pour les juristes qui réfléchissent sur des questions tendant à nous appauvrir ou à créer des conflits.

  9. mass

    l intervention du gouvernement ne doit pas se limiter sur la distribution de ce qui contribue par les partenaires,c est sa responsabilite de mettre la main dans la poche ,meme san le revenu petrolier le tchad est capable de recompenser ce deficite de 450000 tonne

  10. saleh koche sougouya

    vrement mais freres les mots m echappent  pr dire c qu il faut  pr ntre chere PAYS. je dis tt semplement  laissons le temps au temps