Le silence complice.

Le cynisme de Deby n’a pas de limite; tous les moyens sont bons à utiliser pour s’éterniser au pouvoir, à n’importe quel prix, comme son collègue de la Guinée. Mais la dernière trouvaille est la plus cynique, scandaleuse et à la limite ridicule. Ridicule pour les tchadiens mais pas pour la communauté internationale.

Depuis un certain temps Deby et ses thuriféraires s’évertuent à démontrer que le Tchad est victime de l’islamisme militant ; cela peut encore passer, car la lutte contre l’islamisme se vend à merveille depuis la disparition des blocs. Ce qui est moins risible c’est la tentative de démontrer que ce sont des éléments étrangers au Tchad, ce sont les arabes soudanais, qui véhiculent ce phénomène. Selon le même exercice, tout l’est du Tchad est ou en voie d’être envahi par le Soudan par les intermédiaires des arabes dont l’objectif est d’exporter l’islamisme au Tchad. Toute l’insécurité dans cette partie du Tchad est l’œuvre des cavaliers avec des sabres et étendards sur lesquels sont inscrits « il n’y a qu’un seul Dieu et Mohammed est son prophète », brandis. Deby a séjourné pendant deux semaines pour monter un film qui corroborerait cette nouvelle trouvaille.

Plus grave. Au cours d’un dîner avec les journalistes étrangers qui l’ont accompagné et en présence de son Dircab (qui était en d’autres temps un arabe) et d’un député arabe, Deby a eu des propos qui dénotent que l’homme ne jouit pas de toutes ses facultés mentales : « il n’y a pas des arabes au Tchad, les arabes sont tous des nomades étrangers, venus d’ailleurs, n’ont aucune portion de terre au Tchad, ils sont toujours au service de leurs pays d’origine, la Libye ou le Soudan ; et ils sont toujours utilisés par ces deux pays pour déstabiliser le Tchad, etc., etc. ». Deby a poussé le cynisme jusqu’à déclarer que les populations non arabes de l’est du Tchad sont victimes de l’islamisation forcée des djandjawids soudanais (les populations concernées apprécieront !).

Au vu des tchadiens, tout ce cirque peut paraître ridicule, insensé et balayé d’un revers de la main, mais il n’en est pas de même pour l’opinion internationale, particulièrement pour cette opinion dont le Darfour est devenu l’enjeu politique de première priorité ; cette opinion qui a complètement dénaturé le conflit du Darfour en réduisant à son expression la plus simple : djandjawids contre les populations non arabes. Pour cette opinion, le Tchad et la RCA sont victimes du débordement du conflit de Darfour, du débordement des djandjawids islamisants.

Deby dont les ressources humaines pour faire face à la rébellion sont en train de s’épuiser et qui a un besoin urgent d’une force d’interposition à l’intérieure du Tchad, participe activement à cette campagne même au prix d’exclusion et de calomnie contre une frange importante de la population du Tchad. Deby est né avant la honte comme dirait l’autre donc c’est sans honte ni pudeur qu’il va se ridiculiser devant l’opinion tchadienne en voulant faire des arabes tchadiens des étrangers et les exposer ainsi à la vindicte de l’opinion internationale, quitte à lui permettre de rester encore quelques jours au pouvoir. Ce qui est grave, c’est le silence de l’opinion tchadienne, les partis politiques, la société civile ; pourquoi cette résignation pour ne pas dire démission nationale face à toutes les bêtises de Deby.

Aujourd’hui les arabes sont des étrangers, demain ça sera les kanembous, puisqu’ils faisaient partie de l’empire Kanem Bornou, ou les Sara, puisqu’il y avait eu Oubangui Chari, etc.

Le silence face à toutes les bêtises de Deby est une sorte de complicité.

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook