Les Brèves de N’djaména : Deby récidive

Malgré le ralliement massif avec armes et bagages des plusieurs centaines des combattants de la rébellion, pour Deby, tant que certains individus ne sont pas rentrés au pays ou carrément disparus de la circulation, la menace plane sur son régime et cette menace viendrait toujours de l’Est. Ainsi il prend des précautions suivies des actions. D’abord l’affectation de M. Issahk Ahmat Ardja comme Consul à Al Gineïna, capitale du Darfour Ouest, n’est pas du tout innocente.

En effet le nouveau consul est un zélé de Deby, oncle de ses enfants et longtemps son argentier. Cet individu se disait parent et proche de la plupart des rebelles Béri. Son rôle est claire : réunir toutes les informations relatives aux opposants du régime se trouvant encore au Soudan et en Egypte, pour des actions futures. Apparemment « ces futures actions » ont déjà commencé à se dessiner. Selon plusieurs sources concordantes, le sinistre, assassin Du Colonel ABAKAR «  Banguil », ABDOU ONIGUE, le bras armé de Deby dans le Darfour et par ailleurs, ami intime du Chef des Djandjawids, représentant personnel de Deby dans le mariage de la fille de Moussa Hilal, vient de débarquer à El Gineïna chez le Consul avec qui il aurait eu une longue séance de travail, de presque de 3 jours.  A la sortie de cette séance de concertation à huis clos avec le Consul, Abdou Onigué aurait téléphoné à certains réfugiés beri : Alhadj Adam Nassour Minimini, Touka Arim Myé, Guerdi Ebouno, etc., il  aurait eu avec eux  « les salutaions fraternelles », mais pour les initiés  le message est clair et sans ambiguïtés : « On vous a à l’œil, ou vous rentrez ou on va régler vos comptes .» Quant aux autres combattants de l’UFR refugiés à Khartoum et en Egypte, ils auraient reçus des appels anonymes qui vont dans le même sens.

A quand l’Equipe d’Abdou Onigué et du Consul mettront en exécution leur menace ?

Beremadji Félix
N’djaména – Tchad


Commentaires sur facebook

1 commentaire

  1. Sauvageot

    Encore des morts d’hommes, des tchadiens. Quand finira cette tragédie? Pourquoi du côté de l’opposition et du côté du pouvoir, les hommes prennent leur courage à deux mains et font une paix de braves? Est-ce que nourrir une telle haine contre ses propres frères est digne d’un croyant?