Pour qui roule la société Griffiths Energy?

Pertinemment tout le monde sait que cette société n’a jamais exploité le pétrolé et n’est  représentée dans aucun  pays du monde sauf dans le pays de TOUMAI. Appart dans son pays  le Canada,  là aussi  elle n’était pas enregistrée comme entreprise pétrolière. Son système de travail est la copie collé de ESSO qui exploite le pétrole de Doba, nous laisse croire que cette  multinationale est soutenue de  l’intérieur (lobby gain facile) qui se cacherait  derrière cette entreprise et le choix très particulier de lui attribuer les anciens champs  pétroliers retirés d’Esso. Pour confirmer ces assertions, Griffiths Energy dirigée par les anciens d’Esso à sa tête un certain Ronald Royal  qui n’était autre que l’ancien Directeur General qui a dirigé Esso-Tchad  de 2002-2006.  Toutes ces similitudes sont loin d’être le fait d’un hasard.
Un Tchadien averti, savait très bien que le système mis en place à l’époque par Esso ou EEPCI pour recruter son personnel ne reflète d’aucune réalité de transparence ni compétence,  excepté les derniers recrus de l’institut polytechnique d’Abéché, en profitant des événements malheureux du 11 septembre 2001 et pour la circonstance , l’Esso a fait venir un cabinet comptable étranger, lui confiant  le recrutement des candidats à la base de leur confession  religieuse car il suffit de jeter un coups d’œil dans son organigramme pour se rendre compte que chacun a fait venir un membre de famille, voilà le beau  service rendu par ce cabinet  à son client, cette discrimination est repris par l‘ambassade de USA en refusant des visas à les rares cadres  musulmans de cette société  bénéficiant des stages en Amérique.
Paradoxalement, c’est le retour forcé  Mr Remy Cumet comme directeur de sécurité de Griffiths, ceux qui ne le connaissent pas, il était un officier de la DGSEE française  en poste à l’ambassade de la France au Tchad en qualité de deuxième  secrétaire de cette  représentation au moment du retrait brutale d’ELF du consortium. Faisant partie de la diplomatie française,  il était débauché techniquement, par son compatriote  Jean Pierre Petit  ex Directeur General d’ESSO-Tchad avant Ronald Royal et réembauché  comme coordonnateur  de la sécurité d’Esso-Tchad de 2000 -2007. Il est l’un d’initiateur de ce sal schémas de recrutement de personnel chez ESSO-Tchad qui a causé  de tords à une partie des fils du Tchad par ce qu’ils sont issues de la même confession que les auteurs du 11 septembre.   
Le ministère du pétrole après avoir eu plusieurs fiches des services compétents qui relaient  les comportements dangereux et malsains avec preuves tangibles concernant ce diplomate en mission chez ESSO-Tchad, il a saisi officiellement par une correspondance détaillée son homologue du travail en lui demandant de ne plus renouveler son permis de travail et définitivement ce fugitif a été viré du Tchad. A la grande surprise de tous, cette même personne (Mr Remy Cumet) appuyant le système de recrutement ségrégationniste chez ESSO-Tchad est revenue par la grande porte avec la même mission chez Griffiths Energy dans le même poste.
De tout ce qui précède, L’ONAPE qui est mis en cause. Il devait prendre son temps vérifier le dossier des expatriés avant de leur accorder le permis de travail. Si la chaine contrôle n’était brisé ce fameux Remy Cumet ne serait pas revenu au Tchad car le document de non renouvèlement de permis de travail est dans son dossier à moins qu’un corrompu l’aurait retiré pour laisser les champs libre à son retour.
Appliquant le souhait de Remy Cumet, la société Griffiths Energy a choisi pour  les recrutements de son personnel et autres un certain cabinet Madji  consulting  crée de toutes pièces pour la circonstance,  sans aucune référence  lui confiant la mission sombre , injuste , scandaleuse et  voir même très flagrant car il est  basé  purement et simplement sur le régionalisme, confessionnalisme car leur recrutement  ne reflète aucune réalité sur la transparence  ni compétence , il suffit de faire un petit tour  dans les bureaux de Ndjamena , de Moundou  ou autres sites d’activités pour se rendre compte  de ce qui se passe  au 21e siècle au nez du  ministère du travail qui  n’a aucun contrôle sur l’emploi,  à quoi sert de  chanter chaque jour le slogan la RENAISSANCE.
Un deuxième bureau dénommé BEIE (Bureau d’étude et d’impact environnemental) dirigé par un certain Claude  qui ne recrute que sur des bases religieuses et régionales. Son équipe est composé que des ressortissants des deux Logone et Moyen-Chari excepté un seul employé nommé Adamou qui serait un Foulbé. Chanceux, son recrutement a été imposé par madame Claire qui est responsable de département Land acquisition
Je pense qu’il  est encore temps pour que les services compétents interviennent pour mettre fin à ce système, sinon le projet ne sera composé des gens de ces trois régions (Les deux Logone et Moyen-Chari) du Tchad ci-dessus citées comme c’est qui est actuellement chez ESSO-Tchad où plus de 90% d’employés sont de ces régions (Les deux Logones et Moyen-Chari) et ceci est très dangereux pour l’unité nationale et la cohésion sociale.
Vous pouvez faire un tour chez ESSO-Tchad à N’Djamena comme à Komé pour vérifier cette affirmation.
 
Au-delà  de cette honteuse injustice,  Griffiths Energy fuyant ses responsabilité a décidé de  sous-traiter ou marchander le domaine le plus sensible  qui l’environnement avec un individu  malpropre, de moralité douteuse  et connut de tous car ceux qui ont travaillé avec lui dans le département  HSE chez TCC ne diront pas le contraire. Les matériels qu’il utilise sont des pièces à convictions  c’est-à-dire  détournés de TCC.
 Il s’agit d’un certain Claude qui dirige le bureau dénommé BEIE (Bureau d’étude et d’impact environnemental)  et ne recrute que sur des bases religieuses et régionales. Son équipe est composé que des ressortissants des deux Logone et Moyen-Chari excepté un seul employé nommé Adamou qui serait un Foulbé. Chanceux, son recrutement a été imposé par  madame  Claire qui est responsable de département Land acquisition.
N’ayant pas une expérience très forte en gestion d’environnement (ISO 14001) et faisant le recrutement de son personnel sur des bases confessionnelles et régionales, les ministères concernés sont interpelés afin d’arrêter cette manière aveugle de gérer le projet pétrole de Mangara, sinon l’environnement autour de cette région sera totalement détruit.
Comment on peut contrôler efficacement quelqu’un  qui t’a créé de toutes pièces et te donnant à manger?
En conclusion, l’environnement n’a pas de prix, il faut que  le ministère de tutelle  prenne ses responsabilités en urgence au nom de l’intérêt  nationale, car on ne peut pas marchander l’environnement moins encore avec un mafieux.
En ce qui concerne cette voie malsaine de recrutement du personnel qui se passe actuellement à Moundou et à N’Djamena, le ministère du travail et l’ONAPE sont interpelés d’agir le plus rapidement possible pour arrêter ces mêmes  fléaux qui s’étaient passés chez ESSO-Tchad..
Hassan Ali
alihassanmi60@yahoo.fr

Commentaires sur facebook