Les Brèves de N’djaména: Deby à la recherche d’un nouveau suzerain

Deby n’a jamais porté les socialistes dans son cœur et comme il en craignait, ces derniers ont commencé à le lui rendre bien.. Entre Deby et l’oncle SAM rien ne va plus ; ça fait 22 ans que notre IDI national n’a pas franchi la porte de la maison blanche ; quelle méprise pour le Tchad et les tchadiens ! Apparemment les yankees ne connaissent pas la valeur intrinsèque de notre IDI. Mais les yankees ont un argument de taille : pour eux la lutte contre la drogue et le blanchissement de l’argent sale est équivalente à la lutte contre Al Qaîda ! Comme notre IDI protège les convois des véhicules chargés de la drogue et qui traversent le désert tchadien à destination d’Egypte et de la Libye et que le même Deby prend la liberté de faire certaines monnaies, y compris le dollar, alors les yankees ont décidé qu’il est infréquentable. Tant pis pour eux !

La tension entre N’Djamena et Paris est à son comble ; qui ira le premier vers l’autre ? Qui cherchera à franchir le premier le pas pour faire la paix ? Avant de s’envoler pour l’Afrique du Sud, Deby a tenu à calmer son entourage et ses bouffons qui sont très inquiets de cette tension; ceux-là voyaient déjà les visas pour Paris refusés, leurs biens en France, confisqués, etc.  Deby leur a fait comprendre  qu’il est incontournable dans la région, sans lui beaucoup des régimes de l’Afrique Centrale, en particulier celui de la RCA vont s’écrouler, sans  lui Boko Haram va occuper le Tchad, le Niger, le Cameroun, etc. sans lui la horde islamiste de l’Est va déferler sur l’Afrique. «Ne vous en faites pas, les fanfaronnades des socialistes ont des limites, ils ne connaissent pas les réalités africaines, ils ne sont qu’aux premiers jours, ils vont se calmer, soyez patients, pas de panique ».

Deby a décidé de faire connaître aux socialistes de quel bois il se chauffe : il a écrit au Président français qu’il n’est pas demandeur d’une audience et pour ne pas serer la main à ce socialiste, il boycotte la rencontre de Kinshasa, une première dans l’histoire des relations franco-tchadiennes. Et puis Deby s’est rendu compte que l’Afrique du Sud est la nouvelle puissance africaine qui protège les dictateurs au nom de la solidarité africaine : Mugabe, Oumar El Béchir, Musevseni, Kagamé, etc. En effectuant un déplacement en Afrique du Sud où il aménageait ses arrières, au moment de la tenue de la rencontre de Kinshasa, à ne pas s’en douter, c’est un message fort que Deby veut envoyer aux socialistes : ses bouffons répètent déjà que « la France n’est pas Dieu », on peut bien se mettre sous la protection de l’Afrique du Sud et bénéficier des mêmes égards que les autres dictateurs protégés et continuer à s’éterniser au pouvoir.

Beremadji Félix
N’djaména – Tchad


Commentaires sur facebook