Les Brèves de N’djaména : Deby, Baba Lade et les enfants bouviers

« Le lion de la brousse » est rentré au village comme l’ont fait plusieurs opposants armés : affaibli, vaincu, confus et honteux. Baba Lade n’a jamais véritablement menacé le régime de Deby ; pour ce dernier il n’est que le dernier moustique qui refuse de sortir de la moustiquaire et ses bourdonnements l’empêchent de dormir tranquillement, d’autant plus que BL utilise avec dextérité les medias, alors Deby a utilisé des moyens forts pour faire sortir le lion de sa tanière.

Accueilli à N’Djamena, sans faste ni éclat, disons même avec mépris, BL reste reclus à l’instar de ses collègues ex-opposants, sans mouvement ni parole. Quant aux troupes de BL, Deby les a fait disparaître ou plutôt éparpiller à coup de canon et de bazooka. Deby n’a voulu aucun dialogue pour une éventuelle intégration des ex-rebelles dans l’armée et a utilisé celle-ci pour les renvoyer dans leurs villages, désarmés et pieds nus. L’opération de ralliement et de désarmement de BL a servi au despote une occasion en or de monter une opération d’un cynisme sans égal. Deby est torturé par l’opinion international pour son comportement despotique vis –à-vis des syndicats et des journalistes. Ses ratés diplomatiques, la chute de sa valeur combattante à la bourse de Tombouctou et enfin le mécontentement généralisé de la population tchadienne envers son régime, le placent dans une situation intenable ; alors il faut un divertissement, cynique soit-il, pour s’attirer une éventuelle sympathie de certains ONG ou organismes prêts à avaler n’importe quoi.

C’est ainsi que, après avoir fait éparpiller les éléments de Baba Lade, Deby rafla par la même occasion tous les enfants bouviers peuls de la région. L’armée tchadienne, pendant 2 semaines, ratissa tous les campements des éleveurs peuls à la recherche des enfants, lesquels enfants ont été présentés au monde entiers comme des enfants soldats enrôlés de force par la rébellion de Baba Lade et que Deby vient de les libérer ! L’ONG suisse s’occupant des enfants à N’djamena et l’UNICEF n’ont pas tardé à cautionné une opération machiavélique en sautant dans les bagages du Gouvernement pour aller visiter lesdits enfants.

Beremadji Félix
N’djaména – Tchad


Commentaires sur facebook