Le pipeline Tchad-Cameroun a rapporté au Cameroun 6,53 milliards FCFA de droit de transit en 2012 – Agence Ecofin

Du 1er janvier au 31 octobre 2012,  l’Etat du Cameroun a collecté 6,53 milliards de FCFA (env. 10 millions €) au titre du droit de transit du pétrole tchadien sur le territoire camerounais, à travers le pipeline Tchad-Cameroun.

L’information a été publiée hier jeudi, 29 novembre 2012 à Yaoundé, par le Comité de pilotage et de suivi des pipelines (Cpsp), à travers un communiqué de presse dont l’agence Ecofin a obtenu copie. Le Cpsp indique cependant que ce montant  est inférieur à celui transféré au Trésor public la même période l’année dernière (6,95 milliards Fcfa) et correspond à l’enlèvement de 31,16 millions de barils au terminal de Kome à Kribi, dans la région du Sud Cameroun. Cette quantité est, elle-même, inférieure à celle enlevée il y a un an sur la même période (34,85 millions de barils), explique le Cpsp, pour justifier la baisse des sommes collectées cette année au titre du droit de transit.

Depuis la mise en activité du pipeline Tchad-Cameroun fin 2003, l’Etat du Cameroun a déjà collecté au titre du droit de transit, environ 80 milliards de FCFA, selon le Comité de pilotage et de suivi des pipelines, présidé par l’Administrateur directeur général de la Société nationale des hydrocarbures (Snh), Adolphe Moudiki. C’est d’ailleurs ce dernier qui, à l’occasion de l’installation de l’actuel directeur général de la Cameroon Oil Transportation Corporation (Cotco) en 2008, la société qui gère le pipeline Tchad-Cameroun côté camerounais, avait émis pour la première fois le vœu que soit renégocié le droit de transit du pétrole tchadien au Cameroun.

M. Moudiki estimait alors que l’embellie des cours mondiaux du pétrole avait permis au consortium ExxonMobil-Chevron-Texaco-Petronas qui avait construit l’oléoduc, d’engranger beaucoup d’argent, sans que les fruits de cette conjoncture bénéficient à la partie camerounaise. Cette requête sur la renégociation du droit de transit a également été présentée en 2011 à Cotco par l’ancien ministre camerounais des Finances, Essimi Menyé.

B. R. M.


Commentaires sur facebook