L’Eufor devrait se déployer au Tchad mi-janvier, dit l’Irlande – Reuters

Les troupes de maintien de la paix de l’Union européenne devraient pouvoir se déployer dans l’est du Tchad à la mi-janvier, a déclaré le ministre irlandais des Affaires étrangères, Dermot Ahern.

Le général irlandais Patrick Nash, qui commandera l’opération, lui a assuré en marge du Conseil européen de Bruxelles que des progrès avaient été effectués pour rassembler les moyens qui manquaient, dont des transports de troupes.

« Le général Nash m’a dit que si tout va bien nous devrions avoir des troupes au sol à la mi-janvier », a dit Ahern.

L’Union européenne doit déployer dans l’Est tchadien, près de la frontière avec le Darfour soudanais, quelque 3.700 hommes dont la moitié seront français, dans le cadre d’une mission de l’Onu visant à protéger civils, réfugiés et travailleurs humanitaires menacés par les débordements du conflit.

Certains pays de l’UE rechignent toutefois à remédier aux insuffisances de moyens, ce qui a retardé le lancement de la mission de l’Eufor – qui était censé intervenir début décembre.

L’Italie s’est déjà engagée à fournir la structure hospitalière manquante et, de source diplomatique, on confirme que des contacts ont lieu avec la Russie et les autres Etats membres de l’UE pour qu’ils fournissent des hélicoptères.

Le général français Henri Bentegeat, chef du Comité militaire de l’UE, avait indiqué le mois dernier qu’il manquait dix hélicoptères, un troisième dispositif hospitalier et d’autres équipements à la future force européenne.

Le président français, Nicolas Sarkozy, a déclaré lors d’une conférence de presse que le chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner, continuait, « avec beaucoup de détermination, de grapiller les hélicoptères les uns après les autres. »

Les soldats européens arriveront dans l’est du Tchad à un moment d’instabilité marquée, des affrontements sans précédent depuis des mois y ayant opposé les forces gouvernementales à trois mouvements rebelles alors qu’un accord de paix avait été conclu le 25 octobre.

L’un des mouvements rebelles tchadiens s’est proclamé « en état de guerre » contre les militaires français, qui fourniront 1.700 hommes à l’Eufor, et contre « toutes les autres forces étrangères » susceptibles d’intervenir au Tchad.

Yves Clarisse


Commentaires sur facebook