Tchad: De dignes hommages à M. Gustave Mbailaou Bétar – journaldutchad

La date du samedi 15 décembre 2012 restera marquée dans la mémoire non seulement de la famille du feu Gustave Mbailaou Bétar, mais des militants de l’Union des Syndicats du Tchad, des partis politiques, les associations des femmes et des jeunes, l’Union des Cadres Chrétiens du Tchad, l’association des Ngambaye, les associations des droits de l’homme et bien d’autres. Ils sont nombreux et très nombreux, les amis et connaissances, les collègues et voisins du quartier à avoir fait le déplacement de la morgue au domicile du défunt puis à la paroisse Michael Tanzi ou une messe a été dite avant de l’accompagner à sa dernière demeure au cimetière de Toukra où le syndicaliste martyr se repose depuis le 15 décembre 2012.

L’émotion était à son paroxysme sur les lieux de l’enterrement.  Les femmes et les filles surtout étaient inconsolables en cette journée. Certaines personnes ne faisaient que secouer leurs têtes, d’autres par contre versaient des larmes. «Cette mort nous fait mal. Nous sommes venus nombreux pour lui rendre hommage, car c’est un unificateur qui part ainsi sans dire mot. C’est de cette manière que Me Joseph Béhidi et bien d’autres ont trouvé la mort. La lutte continuera, car nous n’allons pas baisser les bras», lance avec tristesse une militante de l’UST devant la Morgue. Les responsables de l’UST, de l’UCCT, les partis politiques et ADH ont fait plusieurs témoignages. Ils indexent le gouvernement mais surtout les juges d’être responsables de la mort de Gustave. Pour Barka Michel, président de l’UST, l’union continuera et restera déterminée pour exiger le partage équitable des ressources du pays. «La mort de notre camarade incombe au gouvernement et le président de la chambre correctionnelle ainsi qu’au procureur de la République», affirme Barka Michel, président de l’Union des Syndicats du Tchad ( UST). Les ADH de leur côté ont emboité les pas de l’USt. Mahamat Bodingar est le porte-parole des associations des droits de l’Homme. Sa déception est grande: «Nous avons suivi cette affaire du début jusqu’aujourd’hui. La mort de Gustave est une mort programmée et la responsabilité incombe entièrement au gouvernement qui utilise la justice pour réprimer la population».
Pour le Maire de Moundou, Kourayo Médard, son parti vient de perdre un membre actif. Il n’est pas passé par quatre chemins pour pointer du doigt les autorités d’être responsable de cette mort en ces termes: «Ce la même mort qui a emporté Me Béhidi, Mbaïlaou Mianbé, Abbas Koti et bien d’autres qui vient d’emporter Gustave. La population doit être vigilante face à cela».


Commentaires sur facebook

3 Commentaires

  1. Gerard

    Que les magistrats tchadiens aient le sens de responsabilité devant l’histoire dont le verdict est très sevère. Rien ne sera oublié, rien ne restera impuni. Il arrivera un jour où chacun, qu’il soit magistrat ou autre, repondra des actes qu’il a posés. A bon entendeur salut!

  2. magistrat

    oui freres soyons sur nos gardes car nous sommes tous concernés par cet affaire.unissons et cassons la barriere du clanisme pour rebatir notre patrie

  3. TOGOUMBAYE

    COMME ECRIVAIT PATRICE LUMMUMBA DANS SA DERNIERE LETTRE A SA FEMME « LE TCHAD (l’afrique) DIRA UN JOUR SON MOT,LE TCHAD (l’afrique) ECRIRA UN JOUR SON HISTOIRE »