Les rebelles centrafricains suspendent leur offensive – Reuters

Des groupes rebelles qui se sont emparés ces derniers jours de plusieurs localités du nord de la Centrafrique ont annoncé jeudi avoir suspendu leur progression vers la capitale, Bangui.

Les insurgés, qui menacent de renverser le président François Bozizé si celui-ci n’applique pas dans sa totalité un accord de réconciliation datant de 2007, ont dit être disposés au dialogue.

« L’avance de nos troupes a été unilatéralement stoppée », a annoncé la coalition Séléka dans un communiqué envoyé à l’agence Reuters et portant la signature de son secrétaire général, Justin Mambissi Matar.

Ce dernier explique cette décision par la promesse des autorités du Tchad voisin de ne pas attaquer les positions rebelles.

Il est impossible pour le moment de contacter les habitants des localités de la région aux mains des insurgés pour confirmer l’information.

L’alliance, qui a rejeté un appel lancé mercredi par le secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon, pour qu’elle se retire des localités conquises, s’est dite disposée à ouvrir des pourparlers de paix tout en restant sur place.

Le gouvernement du président François Bozizé, au pouvoir depuis 2003, a demandé une aide militaire tchadienne, a affirmé un responsable de l’état-major à N’Djamena.

La France, ancienne puissance coloniale, s’est dite mardi « extrêmement préoccupée » par les combats au Centrafrique, un pays enclavé et politiquement instable qui est l’un des plus pauvres au monde malgré d’importantes richesses minières. (Paul-Marin Ngoupana, Jean-Loup Fiévet pour le service français, édité par Gilles Trequesser)


Commentaires sur facebook

3 Commentaires

  1. Eric

    Il est trés important de considerè les revendications des uns et des autres ,lorsqu’un regime est sur place il serait de son devoir de voir tout les contournes qui pourront l’accompagnès dans sa maniere de gerer le pays , force est de constater que les rigimes ne considrent pas les partis d’oppositions militaires et civils et souvent ca tourne au sang, Bozizé avait jugé incredible le pouvoir de Patassé raison pour la quelle il a passé au renversement , et si y a les rebelles contre francois Bozizé aujourd’hui ca veut dire que eux ausi ils sont les memes visions que l’actuel president avant qu’il ne vienne au pouvoir , alors il faut bien geré un pays et etre consensuel et le peuple vous comprendra

    • abakar ali

      moi j’aimerai que la prise de pouvoir par les armes n’est plus une solution.il faut qu’il y est la dialogue et le dirigeant aussi à intérêt de comprendre les opposition politico -militaire

  2. issa mogri

    deby a envoyé des mercenaires en centre afrique mais chacun attend son tour chez le coiffeur selon hollande les pages sont tournéés avec l afrique