L’archevêque de N’djaména, Mathias Ngateri fait allegeance à Idriss Deby

Idriss Deby a chois la ville de Biltine pour célébrer le 22e anniversaire de son accession au pouvoir. La ferme volonté de rester au pouvoir à vie fait plus que jamais, son chemin dans la tête de notre président dictateur. « Ni or ni argent » appartiennent au passé.  D’année en année, Idriss Déby ne veut plus partager ce pouvoir qu’il a conquis par la force des armes. C’est un butin de guerre. Les libertés fondamentales sont réduites. Le président à vie ne veut trouver aucune solution à la grogne sociale. C’est la misère au Tchad. Les hôpitaux sont vides. Les médecins ont leur deux mains et leur stéthoscope pour faire des diagnostics. Les malades meurent faute de peu. Les riches vont se soigner à l’étranger, à commencer par Idrss Déby et son entourage. Les routes à peine bitumées, sont déjà dégradées. Pour aller à Moundou, on roule sur plusieurs kilomètres de pistes entre Kélo et Bongor. Les routes n’ont pas été sérieusement construites parce que tout l’argent destiné à ces travaux a été détourné. On a trompé le peuple avec quelques 2 centimètres de goudron. C’est dans ce contexte de misère sociale que Idriss Déby a fêté son accession au pouvoir avec faste à Biltine.

Seulement, la présence de Ngartéri Mathias (il ne faut plus l’appeler Monseigneur, car il ne le mérite pas), archevêque de N’Djaména, à Biltine aux côté de Déby ressemble à un cheveu dans la soupe. On pensait que ce désormais lugubre homme d’Eglise allait profiter de sa position pour raisonner Déby. L’archevêque est devenu fou peut-être. Ou alors, il a été corrompu par Déby. Dans beaucoup de pays dans le monde, les hommes d’Eglise ont joué un rôle d premier plan à la libération de leur peuple. A côté de nous au Cameroun, Mgr Christian Tumi, archevêque de Douala, se fait souvent entendre. Si Ngartéri ne veut plus se prononcer sur la gestion calamiteuse du pouvoir de Déby, il devrait au moins rester à l’écart. Il y a quelques mois, il a fait partie des dignitaires religieux chargés par Déby, de demander aux syndicats de reprendre tout simplement le travail. Aller prendre part aux festivités marquant la conquête du pouvoir par Déby est une insulte au peuple tchadien meurtri par deux décennies de dictature. A César, ce qui est à César. Non Ngartéri !Non !Surtout pas ça ! Combien de millions t’a-t-il remis pour que tu te rabaisses ainsi ? Sommes-nous en train d’assister au premier mariage gay au Tchad, entre Idriss Déby Itno et Mathias Ngartéri?  Il y a toutes les raisons d’y croire. Avec cette allégeance à Déby, le nombre de personnalités capables de défendre le peuple s’amenuise. Même le milieu religieux est infiltré et corrompu par Déby. Où allons nous ?

BELEMGOTO Macaoura


Commentaires sur facebook

6 Commentaires

  1. Gerard

    Ne surestimons pas les pouvoirs de Monseigneur Ngartéri Mathias et ne le blâmons pas pour sa présence aux festivités de Biltine. Les réalités sont ce qu’elles sont. Ne nous voilons pas la face pour chercher de bouc émissaire. Monseigneur est un homme intègre qui mérite respect et admiration! G.K

  2. MACAOURA

    Questions aux supporters de Ngartéri : pourquoi, à chaque fois qu’il se rend à l’étranger, il accroche les opposants à Déby pour leur demander de rentrer au pays ? Est-ce le sens du dialogue qui le pousse à se comporter ainsi ?

    • Gerard

      C’est très simple! En tant que homme de Dieu il ne peut que prôner le dialogue et encourager les hommes à se rapprocher plutôt que de se diviser. Il appartient à ceux qu’il approche de suivre ou de ne pas suivre ses sages conseils dont le seul but est de contribuer à promouvoir la paix et la concorde nationale. G.K

      • MACAOURA

        Gerard, il faut être intellectuellement limité pour réfléchir comme tu le fais. Tout le monde sait que Ngartéri roule pour Déby. Il n’a jamais été l’homme de dialogue. C’est l’homme de Déby. La journée du 1er décembre est une journée deuil pour le peuple tchadien. Voir l’archevêque à de telles festivités est une insulte au peuple tchadien meurtri par plusieurs années confiscation du pouvoir par Déby. Au Tchad, tout est à l’envers. Il faut être un voyou intellectuel pour défendre Ngartéri dans ses accointances manifestes avec le général Déby.

        • Gerard

          Macaoura, je n’ai jamais prétendu être intellectuellement « illimité » et ne pense pas ressembler à un « voyou intellectuel ». Je n’ai jamais dit que Ngartéri n’a pas d’accointances avec Déby. Je dis tout simplement que c’est une erreur de penser que Ngartéri peut changer l’orientation politique de Déby par une prise de position quelconque et lui demander de jouer ce rôle revient à lui demander de faire autre chose que sa mission première. Par ailleurs, il me paraît excessif de dire que la journée du 1er décembre marquant la chute de l’une des dictatures les plus abjectes de la planète est une journée de deuil quelles que soient les tares du régime actuel. Comment a-t-on pu oublier si vite les massacres des dizaines de milliers des Tchadiens innocents sous le régime de Habré ? Pour autant, je ne veux nullement dire que le pouvoir n’est pas confisqué actuellement. Mais il n’y a pas lieu de faire un amalgame entre la confiscation du pouvoir par Déby et la mission ecclésiastique de Ngartéri. G.K

          • MACAOURA

            Cher Gérard, je lis ton commentaire avec retardement et j’ai failli m’arracher les cheveux. Je ne sais pas quel âge tu as, mais, il me semble que tu ignores beaucoup de chose dans l’histoire du Tchad. Détrompe-toi : Ngartéri peut changer quelque chose dans l’orientation politique de Déby. C’est un homme qui a une audience nationale et internationale incontestable. Archevêque de N’Djaména n’est pas n’importe qui. Des hommes d’Eglise ont fait changer la politique dans le monde. Je citerais le plus méritant, le Pape Jean-Paul II qui a été, dit-on par un consensus, l’un des artisans de la chute du communisme en Europe. Alors, si N’gartéri ne veut pas jouer ce rôle, il n’a qu’à ne pas s’afficher publiquement avec Déby. N’gartéri est un con. C’est tout ce qu’il reste à dire. Secondo : apparemment, tu adores Déby parce qu’il a libéré le Tchad d’une des pires dictatures de la planète. En raisonnant ainsi, j’ai l’impression que tu descends de la planète mars. Qui a installé HH au pourvoir ? C’est Déby. C’est lui qui était son chef d’état major. Il était le premier à entrer dans N’Djaména en 1982, pour quadriller la ville avant que HH n’entre. Qui a dirigé Septembre Noire ? C’est Déby. Il a élu domicile à Sarh pendant 3 mois, rien que pour diriger cette opération qui a fait disparaître plusieurs cadres Tchadiens. Qui a été à l’origine des tueries de Déli, toujours en 1984 ? C’est Déby. Il était présent quand on a convoqué les codos pour une cérémonies de réconciliation nationale. Puis, ils ont ouvert le feu sur eux sur ordre de Déby. Ne Cher Gérard, ne crois pas que Déby a voulu nous débarasser de la dictature le 1er décembre 1990. C’est une simple révolution de palais qui l’a opposé à Habré. Sinon ils étaient sur la même longueur d’onde sur la nature dictatorial du pouvoir. Déby a profité des suites du discours de La Baule pour prendre le pouvoir au Tchad. Dans les années 90, il y a eu un remake de septembre noir. Les forces de Déby ont pillé, tué, brûlé les villages comme du temps de HH. Et puis, dire que Déby nous a apporté de la démocratie comme tu le dis est une ânerie. Déby est un dictateur. Il a emprisonné, torturé, tué. Gérard ! Dis mois où est Ibni Oumar ? C’est ça la démocratie de ton Déby. Vraiment, les choses sont à l’envers dans la tête des Tchadiens. Déby démocrate, plus démocrate que HH ????????? Sur que planète sommes-nous ?