Communiqué de SÉLÉKA: Le non respect des Accords de Libreville par François BOZIZÉ et Nicolas TIANGAYE

La Séléka–RCA prend acte de la constitution du Gouvernement national de transition (GUN) issu des Accords de Libreville sous les auspices des Chefs d’États des pays membres de la Communauté économique des États de l’Afrique Centrale (CÉÉAC) dont la concrétisation vient d’être compromise par la composition du Gouvernement qui s’écarte loyalement de l’entente signée, le 11 janvier 2013 à Libreville au Gabon par toutes les parties impliquées, dont la SÉLÉKA-RCA.

La Séléka–RCA porte à l’intention tant de la population centrafricaine qu’à celle de la communauté internationale qu’elle ne se retrouve pas dans ce nouveau Gouvernement national de transition (GUN) pour bri d’entente de la part du Président M. Bozizé et du Premier Ministre désigné, Me Tiangaye.

Voici quelques éléments illustrant le bri d’entente :
1. Le Ministère de la défense nationale échoirait à La Séléka-RCA pour assurer la sécurité des populations et de leurs propriétés au pays et l’intégrité territoriale de la République Centrafricaine. Cela n’est pas le cas, puisque ce Ministère est flanqué d’un Ministre délégué absolument inutile dans les circonstances de transition. On peut en dire autant pour plusieurs ministères dont ceux des Finances, chargé du Budget, Économie, plan et coopération internationale chargé des pôles de développement, Développement rural chargé de l’élevage, Éducation nationale chargé de l’enseignement fondamental et confessionnel, Eaux et Forêts chargé de l’Environnement et de l’Écologie.

2. Bozizé s’octroie malhonnêtement 20 postes ministériels clés sur 30 composés; ce qui correspond à 80 % de l’équipe gouvernementale d’union nationale de transition. Bozizé tient à donner à ses suppôts qui ont une passion débordante pour les biens publics communs pour qu’ils s’en servent volontiers, sans honte ni vergogne, et détruire tout ce qu’ils ne peuvent pas dérober avant de quitter définitivement le pouvoir.

3. Bozizé a saboté les premiers Accords de Libreville du 28 mars 2008 et il est en train de torpiller les Accords récents du 11 janvier 2013, ce qui prouve que Bozizé est non seulement un homme de mauvaise foi qui ne respecte pas sa parole mais surtout un homme qui n’aime pas la paix, le peuple et notre KODRO.

4. Séléka-RCA a accordé son appui au Premier Ministre, Me Tiangaye, en vue de résorber la crise politique au pays en constituant un Gouvernement d’union nationale de transition équilibré. Or, à l’évidence, ce Gouvernement montre que le Président Bozizé l’a imposé au Premier Ministre Tiangaye, pourtant assuré du fort soutien de Séléka-RCA, qui n’a pas pu lui résister ou s’imposer au bénéfice du peuple. Il se révèle comme un Chef de gouvernement très faible et malleable. Le peuple a besoin d’un Leadership fort.

5. Les troupes des armées étrangères des pays autres que celles des pays membres de la CÉÉAC, notamment les sud-africaines, les sud-soudanaises, les ougandaises devraient quitter le territoire centrafricain dans un délai d’une semaine à compter du jour de la signature des Accords sus-mentionnés. Le Président Bozizé, non seulement, refuse le retrait de ces troupes, il les renforce et surtout, il les éparpille dans des zones névralgiques de notre pays. La Séléka-RCA veut éviter la présence des pléthores de soldats étrangers sur le sol centrafricain, pour des raisons de souveraineté nationale, entre autres.

6. Les prisonniers politiques arrêtés arbitrairement devraient être libérés immédiatement et sans condition. Ils croupissent toujours dans les prisons du pays dans des conditions que nous ignorons.

Aussi, Séléka-RCA, dans le strict respect de l’esprit et la lettre des Accords de Libreville du 11 janvier 2013 pour résoudre la crise politique en Centrafrique, soumet-elle au Comité du suivi de ces Accords sa désapprobation de la constitution de ce Gouvernement national de transition (GUN) telle quelle, puisque qu’elle est, quant à nous, inspirée des gens de mauvaise foi en commençant par le Président Bozizé lui-même qui, à l’évidence, veut pérenniser cette crise pour que le peuple Centrafricain continue à souffre davantage.

Le combat de Séléka-RCA ne se résume pas aux postes ministériels. Séléka-RCA veut implanter la paix au pays en plus de porter un projet de société pour la République Centrafricaine, un idéal de liberté, de prospérité pour le plus grand nombre possible de nos concitoyens, sans aucune espèce de discrimination, qui sera soumis à l’ensemble du peuple Centrafricain au moment opportun.
Les membres du Comité du suivi des Accords de Libreville (Gabon) du 11 janvier 2013 sauront équitablement apprécier cette plainte à sa juste valeur. D’avance, soyez-en remerciés.

Fait à Bambari (RCA), le 08 février 2013

Général Noureldine ADAM
Le Conseil Suprême de SÉLÉKA-RCA


Commentaires sur facebook

1 commentaire

  1. Yorouma

    Je me mets au Gardez-vous, mon Général Noureldine Adam. Votre analyse est bien faite et tout s’avère vrai; mais si vous vous en tenez au Comité de Suivi des Accords de Libreville, vous serez sans doute déçu car à l’exemple du Tchad pour l’Accord du 13 Août (je ne sais quelle année), malgré ce Comité de Suivi de l’Accord du 13 Août, Idriss DEBY a torpillé cet accord comme bon lui semble sans que ce fameux Comité dirigé par l’UE et la France ne lève le petit doigt.
    De deux choses l’une: Acceptez ce gouvernement tel quel formé et allez jusqu’à la fin de la transition ou bien dénoncez cet Accord et faire recours à une solution idoine pour le peuple Centrafricain.