Sénégal: le tribunal spécial pour juger Habré est en place – Afp

Le tribunal spécial créé pour juger Hissène Habré a commencé ses activités vendredi à Dakar, une étape décisive après bien des péripéties vers un procès de l’ex-président tchadien, accusé de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, réfugié au Sénégal depuis sa chute en 1990.

Il s’agit du premier tribunal africain jamais mis en place pour juger un Africain.

« La cérémonie qui nous réunit a pour principale ambition d’annoncer à la face du monde le démarrage effectif des activités » des Chambres africaines extraordinaires, le tribunal spécial chargé de juger M. Habré, a déclaré le magistrat Ciré Aly Ba, qui dirige cette juridiction.

Il a « remercié les militants des droits de l’Homme pour leur mobilisation longue de deux décennies, qui a permis de mettre un terme à d’inacceptables atermoiements et à un authentique déni de justice » qui ont jusqu’alors empêché l’ouverture d’un procès de M. Habré.

M. Ba s’est exprimé en présence d’officiels sénégalais, de représentants de l’Union africaine (UA), de l’Union europèenne (UE), de diplomates, de défenseurs des droits de l’Homme et de victimes de Hissène Habré, au Palais de justice de Dakar, mais en l’absence des avocats de M. Habré.

Selon le procureur général Mbacké Fall, le lancement des activités du tribunal spécial est le « dernier acte (du) gouvernement » sénégalais avant l’ouverture d’un procès de l’ex-dirigeant tchadien, dont la date n’a pas encore été fixée, mais qui ne commencera qu’après une instruction prévue pour durer quinze mois.

« Le procès ne sera pas inéquitable. Les droits de la défense seront respectés », a d’ores et déjà assuré Ciré Aly Ba au cours d’une conférence de presse organisée après la cérémonie de lancement.

« Les choses réélles sont en train de commencer », a de son côté déclaré le Tchadien Souleymane Guengueng, fondateur de l’association des victimes de Hissène Habré, se félicitant de cette nouvelle étape en vue d’un jugement de l’ex-chef d’Etat tchadien.

Une « grosse farce »

« C’est la plus grosse farce de l’histoire judiciaire sénégalaise. C’est un non-évènement » contre M. Habré », s’est indigné sur une radio locale Me El Hadji Diouf, un des avocats d’Habré.

Il a évoqué le principe de « l’autorité de la chose jugée » qui fait que, selon lui, après des jugements rendus par des juridictions sénégalaises et de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cédéao), qui s’étaient déclarées incompétentes, un procès de M. Habré au Sénégal est « impossible ».

Le tribunal spécial, doté d’un budget de 7,4 millions d’euros, est chargé de juger M. Habré pour des faits présumés commis entre le 7 juin 1982 et le 1er décembre 1990.

Il a été créé en décembre 2012 à la suite d’un accord entre le Sénégal et l’UA et est formé de quatre chambres spéciales: deux pour l’instruction et l’accusation, une Cour d’assises et une Cour d’appel, formées de juges africains, dont des Sénégalais, devant être nommés par l’UA.

Hissène Habré vit en exil à Dakar depuis sa chute après huit ans au pouvoir au Tchad (1982-1990). Il est accusé de crimes contre l’humanité, crimes de guerre et torture. Des ONG parlent de 40.000 personnes tuées sous son régime.

Le Sénégal avait été mandaté en juillet 2006 par l’UA pour juger M. Habré, mais l’ex-président sénégalais Abdoulaye Wade n’a jamais organisé de procès en douze de pouvoir (2000-2012).

Son successeur, Macky Sall, qui a pris ses fonctions en avril 2012, a exclu d’extrader Hissène Habré en Belgique, qui le réclame, et s’était très vite engagé à organiser un procès au Sénégal, promesse en bonne voie d’être tenue.


Commentaires sur facebook

8 Commentaires

  1. Mahamat seid abazène seid

    l’impartialité du juge étant d’ordre publique,le président de cette curieuse juridiction a,il me semble,exposé un enthousiasme à l’endroit des odh,le quel enthousiasme justifie largement son éventuelle récusation.comme je viens de le dire tantôt,la danse commence bien.je serais moi,hissén habré,je récusais la cour elle pour venir me faire juger par la justice tchadienne quelle que sera la tortuosité de son jugement.je donnerais bien cette leçon à l’ua et à ces présidents africains qui aiment le ridicule.

  2. ahmat

    a travers cet acte ki vient d poser ,L’Etat du senegal  cautionne une tres probable condamnation dhabré ki rapelons le a dja f l’objet d maintes decisions ttes favorables a lui.aujordui les autorités senegalaises ont mis en place une entreprise monstruosité ki a pr unik finalité de likider le president habré.

  3. abek

    il me semble que l’idée de juger un président africain en Afrique est un fait très important. se qui montre l’Afrique est dans une nouvelle phase, on a vécu longtemps dans l’ombre. normalement ce procès aura lié bien avant, pour que les autres président africain prennent leçon de ne pas suivre le voie de habré. habré n’est pas le seul président sanguinaire. l’acte que le président sénégalais vient de suivre nous donnent le courage et permet de montré au monde que l’Afrique est capable de juger un président. nous avons nos juge mais pourquoi nous voulons extradé pour juger. le président ivoirien est extradé mais pourtant y a de tribunal dans notre continent. le reste de dictateur on attend votre tour. vive l’Afrique que la démocratie apparait. l

    • Mahamat Seid Abazène Seid

      Je voudrais bien qu’on fasse une distinction entre juger Hissén Habré et constituer une juridiction pour, seulement, répondre à une pression de puissances extra-africaines, elles mêmes largement compromises dans ce qu’elles lui reprochent si elles n’en font pas encore davantage.

      Juger Hissén Habré, ce que la juridiction sénégalaise pouvait valablement faire et, pourquoi pas, la juridiction tchadienne, ne demande pas tout ce scénario et à plus forte raison quand on cherche à l’extirper de la masse de dictateurs sanguinaires pour le juger exclusivement. La règle de droit étant impersonnelle, cette curieuse juridiction n’a pas plus droit à l’existence que la haute cour de justice tchadienne ou encore la cour africaine des droits de l’homme.

      Je ne défends pas Hissén Habré, il a des avocats bien compétents pour le faire, je dénonce plutôt le ridicule dont se drapent les dirigeants et, surtout , les juristes africains.
      Mahamat Seid Abazène Seid

    • Mahamat Seid Abazène Seid

      Prenons, dans la même lancée, le tribunal pénal international, une institution née d’une convention ratifiée en grande partie par les dirigeants africains, non pas qu’ils aient voulu y réellement participer mais parce qu’ils y sont contraints. Bien entendu avec l’assurance qu’on fera tout pour empêcher leur propre poursuite. Là encore, on peut tenter de les comprendre. Mais comment, juridiquement, défendre le pouvoir accordé au conseil de sécurité d’imposer cette convention à des pays non signataires? Est-ce dire que cet organe, devenu un danger permanent pour la paix mondiale, puisse être considéré comme un gouvernement mondiale, autrement dit une dictature qui doive encore dénoncer des dictateurs et de manière si sélective?

      Les Etats-unis, qui ne sont pas partie prenante à la convention, arrivent ainsi, par le biais de cet organe, à imposer la compétence de la Cour à des pays souverains non signataires comme eux (Soudan, Libye) pourtant juridiquement fondés à les poursuivre devant les juridictions internationales pour les graves atteintes qu’elles portent à leur existence.

      Cette Cour devrait être plutôt sollicitée pour juger Sarkozy, Obama et Cameron pour les atteintes graves aux droits de l’homme en Libye. En quoi Hissén Habré est-il plus coupable que ceux-là au regard du droit international?

      Mahamat Seid Abazène Seid

  4. Yorouma

    Dans quel monde nous sommes. Comment créer avec des milliards de FCFA un cour spécial pour juger uniquement un seul homme à savoir Hissen Habré? Et sans même le juger, on commence à construire sa prison. Quel paradoxe? Je ne cherche pas à innocenté HH mais il se dire que quand on est Chef, on s’assume , même si un chien est injustement tué, tu es responsable selon la loi divine donc bien que d’autres personnes dont certaines sont encore au pouvoir ont agit en son nom pour orchestrer le massacre et la torture, c’est HH qui est responsable. Mais on le juge combien de fois? Par le Tchad, par le Sénégal et par la CEDEAO et encore on veut le juger juste pour faire plaisir aux Occidentaux. Si ce cour restera pour les tous Dictateurs Africains même au délà, je suis tout à fait d’accord mais si c’est uniquement pour juger HH, c’est une farce et non un jugement.

  5. al hagh

    la création de cette juridiction par l’état sénégalais , sous la pression occidental est totalement incompétent . Pour juger hissein Habré, il faut  interpeller aussi Deby.
    j’avoue que les crimes qui sont commises par  l’anciens régime ne sont pas autant que les crimes commises par Deby et son entourage. le soit disant président actuel est belle et bien impliqué dans les massacres au sud du pays. il était chef d’état major entre temps et tuait avec ses propre mains les femmes et les enfants sudistes et brûlait des villages entières. 

  6. gingle

    Ici ce n’est un jugement mais plutot des charognards attires par l’odeur de l’argent du petrole tchadien.Deby partage des milliards de fcfa aux charognords en soit-disant jugement de habre,au moment ou les tchadiens crevent de faim,souffrent des maladies par manque des medicamats.dans tous ca que gagneront les tchadiens?surement la division,les haines encore et encore les dechirures entre tchadiens.cette affaire Habre sera une affaire tres grave,l’avenir nous la dira.seul Brodi et moudeina sont gagnants avec l’argent du petrole tchadien.