Ahmat Bachir, dit le perroquet et Bachar Ali Souleymane, respectivement ministre de la sécurité publique

Ahmat Bachir, dit le perroquet et Bachar Ali Souleymane, respectivement ministre de la sécurité publique et de l’immigration et ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation de Deby ont été suspendus de leur fonction. D’autre part, ils ont aussi été dégradés avec d’autres personnalités telles que Mahamat Bechir Okormi.


Commentaires sur facebook

7 Commentaires

  1. tatoloum

    adadjab! Dieu pitié. le contrôle des effectifs de la police est juste mais ne devrait pas causer tout un vacarme!

  2. Ali Galadi

    C’est de la routine tout ça mon ami Abbas. de toutes les façons ils seront réhabilités quand la colère fera place à l’intérêt des éloges que ne cesse de chanter le griot national. Quand Deby n’écoutera plus sa voix, il va le ramener au bercail où à la mangeoire comme vous voulez.
    wait and see

  3. korédion Laoukein

    Au tchad c’est le griotisme politico-gouvernemental ! Tout ce qui ce passe c’est la comedie politique a la tchadienne entrenue par deby.Bachir qui n’est pas MPS mais debiste,croyez-vous que sa situation durera combien de temps??

  4. zakaria wardougou

    je vous pris de publier mon commentaire svp.Sur le probleme de aht bachir et la police tchadienne.svp!

  5. Ousmane issa

    Adjab dounia ame soridj kamma katalak youwerik

  6. adoum

    ajib!on voi ben ceux qui commettent les desordes mais on on suspent les inoncents .quelle loi ! Le monde entier nous regarde helas!

  7. Nazaire

    C’est un acte louable. Si deby se reveille pour sanctionner les mauvais actes de ses gouvernants, il faudrait que cela continue dans d’autres ministères que le pire est probable. L’image de la police nationale est celle de l’administration d’une manière générale. Il faut un assainissement de la fonction publique. Des personnes compétentes qui ne peuvent pas etre intégrées parcequ’ils n’ont pas un parent ministre alors que les illetrés emargent dans differents ministères pour le compte de l’Etat.