Crise malienne : Le gouvernement apporte un réconfort aux blessés – ATP

Visiter les blessés de guerre en vue de leur apporter un réconfort moral, un soutien matériel et galvaniser les troupes en vue des victoires encore plus éclatantes. Tels sont les objectifs d’une mission de haut rang effectuée, les 26 et 27 février 2013 à Niamey au Niger. Cette délégation conduite par le ministre de la Communication, Hassan Sylla Bakari comprend le Chef d’Etat-major général des services de sécurité des Institutions de l’Etat (DGSSIE), le général de brigade Saleh Toma.

Les violents combats du 22 février 2013 ont opposé nos vaillantes Forces Armées Tchadiennes d’Intervention au Mali (FATIM) à la horde des islamistes dans la région montagneuse des IFOGASS faisant frontière entre le Mali et l’Algérie. Au cours de cet accrochage d’une rare intensité, 93 terroristes ont été tués par nos vaillantes forces armées et 23 de nos soldats sont tombés glorieusement sur le champ d’honneur. On enregistre 53 blessés. Ils évacués à Niamey pour une prise en charge.Le Chef de mission Hassan Sylla Bakari et sa suite se sont rendus dans les différentes structures socio sanitaires dans lesquelles sont hospitalisés les blessés. C’est à l’Hôpital National de Niamey que sont référés les cas les plus compliqués. Les autres blessés légers sont suivis à la Garnison, au Centre Prytanée et au Commandement des organismes de formation des Armées nigérienne (COCOFAN).

Accompagnée du ministre nigérienne de la Santé publique, Soumana Sanda, celui de la Communication Salifou Labo Bouché ainsi que l’Ambassadeur du Tchad au Niger, Mahamat NourMallaye, la délégation est passée dans chaque salle pour encourager chaque blessé. Très émus par cette marque de sympathie témoignée à leur endroit, la plupart de ces blessés se disent « avoir le moral haut et préfèrent regagner le champ des combats le plus tôt que possible pour accomplir la noble mission que le peuple tchadien, sous la clairvoyance éclairée du Président de la République, Chef Suprême des Armées, Idriss Deby Itno, a décidé de leur confier en toute souveraineté. Car pour eux, les terroristes n’ont pas droit de cité en Afrique en général et au Mali en particulier ».

Tchad/Niger : Une vision commune

Après la visite des blessés dans les différentes structures socio sanitaires de Niamey, le ministre de la Communication, Hassan Sylla Bakari a fait un point de presse dans les locaux de l’Ambassade du Tchad au Niger. Celui-ci n’a pas caché sa joie et sa fierté d’être un Africain. Car, même dans les moments les plus difficiles et durs, le Tchad et le Niger, deux pays à jamais liés par l’Histoire, la Géographie et la Culture se sont toujours serrés le coude. Il s’est félicité de la haute volonté de Leurs Excellences Idriss Deby Itno du Tchad et Mahamadou Issoufou du Niger, qui ont une vision commune face à la crise qui secoue la République du Mali.

Hassan Sylla Bakari de rappeler que c’est cette optique qu’il a invité toute la presse africaine, lors de son passage le 25 janvier dernier à Niamey, à écrire l’histoire de cette lutte salvatrice que mène le Tchad en faveur de la paix au Mali en toute objectivité.

Les islamistes sèment le désordre et les troubles au Mali et partant dans toute la sous-région. C’est ainsi que le Tchad, selon le ministre de la Communication, est disposé à informer en temps « T » l’opinion internationale sans tricherie, la victoire éclatante des Forces Armées Tchadiennes d’Intervention au Mali sur les forces du mal. Selon lui, nos forces de défense et de sécurité ont vaincu les narco trafiquants en leur infligeant de lourdes pertes tant humaines que matérielles. « Les terroristes sont poussés jusqu’à leur dernier retranchement. Quelques reléguas seront récupérés un à un et seront traités comme tels », a-t-il ajouté. Les FATIM étant bien armées, disciplinées et équipées, ont la capacité et les moyens de dompter les ennemis de l’Afrique, affirme-t-il.

Le ministre de la Communication a salué le sens de l’hospitalité légendaire des autorités nigériennes qui ont pris soin des blessés. « Le Tchad et la nation tchadienne vous serontà jamais reconnaissants ». Il a aussi félicité les tchadiens résidents au Niger qui se sont mobilisés comme un seul homme derrière l’Ambassadeur du Tchad pour apporter une assistance aux blessés. Les 3 cas les plus compliqués seront évacués sous d’autres cieux pour des prises en appropriées, rassure le ministre de la communication.

En engageant les Forces Armées Tchadiennes dans la traque des terroristes au Mali, le Président de la République, Chef de l’Etat, Chef Suprême des Armées mesure et sait plus que quiconque, le prix de la paix, de la sécurité et de la concorde en Afrique.

Hassan Sylla Bakaryaffirme que : « bientôt l’on n’entendra plus parler de ces narco trafiquants. Ils ont intérêt à se rendre si non ils trouveront les vaillantes FATIM sur le chemin.» Il a réitéré la volonté du Président de la République qui a pris la décision salutaire qu’aucune portion du territoire malien ne soit occupée par les terroristes. « Les forces du malseront broutées hors de l’Afrique à jamais » a-t-il martelé. Et le porte-parole du gouvernement de préciser que ces apatrides plus que n’ayant aucune patrie, quelque uns parmi eux, au lieu de se rendre, préfèrent s’explorer eux-mêmes.

Le ministre nigérien de la communication Salifou Labo Bouché a souligné que le Tchad et le Niger sont deux pays à jamais liés par l’histoire et la géographie et la culture et sont aussi liés par un destin commun. C’est ainsi qu’ils décident d’aller ensemble en guerre contre ce narco trafiquants, ces terroristes de tout genre. « Un pont est ainsi établit entre le Tchad et le Niger. Nos deux Chefs d’Etat Idriss Deby Itno et Mahamadou Issoufou nous ont tracé la voie de suivre. Il s’agit de la concorde, de l’unité et de la fraternité dans les moments heureux ou malheureux ».

Le Ministre de la communication du Niger, se félicite du système sanitaire qui a très bien fonctionné pour faire face à cette situation, sur instruction expresse du Chef d’Etat nigérien Mahamadou Issoufou.

Pour sa part, le ministre de la santé Publique nigérien Soumana Sanda, relève que sur les 53 blessés admis dans les différentesstructures sanitaires de Niamey, le 53èmea succombé de ses blessures dans la journée du 26 février 2013. Ce qui porte le nombre de décès à 24 dans les rangs des FATIM. Pour lui, la solidarité entre les peuples tchadiens et malien est plus réalisteet plus manifeste. Le système sanitaire du Niger a géré avec très grande efficacité ces cas de blessés. Aussi, a t- il salué la clairvoyance du Président de la République du Niger pour le prolongement de cette vision commune.

Outre le réconfort moral, le CEMGA, Général de brigade Brahim Seid Mahamat a remis au nom du Président de la République du Tchad, Chef suprême des armées une enveloppe d’un montant d’un million de francs CFA à chaque blessé.

Ramadji Florent Indinta, envoyé spécial


Commentaires sur facebook