Mme Hinda en sursis, victime collatérale de la réconciliation inter-Itno.

Les grandes initiatives à caractère militaire, en particulier celle du Mali a été saluée par la communauté nationale et internationale. Malgré le caractère anti-démocratique de son régime, Deby a failli faire l’unanimité  autour de lui. Bien que auréolé par ses victoires, Deby n’a pas pu capitaliser à son profit cette opportunité politique et comme à ses habitudes, il a commencé à poser des actes qui ont désarçonné plus d’un : montage d’un complot imaginaire, arrestation des personnalités de sa majorité et de l’opposition, des journalistes…. A cela viennent s’ajouter ses mésaventures dans le Darfour.

Ayant fait le vide autour de lui, entouré par une cour d’obligés de sa Hinda dont leur seul objectif est de vider le trésor public, le tout badigeonné par une cohorte des marabouts et des charlatans mythomanes  arrivant de partout, le despote se chagrine et tourne en rond comme une bête dans une cage. Ses nouveaux arrivants ou arrivistes (ils se reconnaitront…) suivant le cas, à qui mieux à faire la danse du ventre pour  le plus grand plaisir au grand Vizir, ont tous le dos au mur. La compagnie, pardon les obligés de Hinda,  de la primature, de la présidence, du trésor public,  de la SHT, des sociétés écrans, dont l’objectif principal est l’argent, rien que l’argent, commence – on ne sait pour quelle raison –  à avoir peur  et cherche en conséquence à sécuriser le butin amassé frauduleusement illicitement des caisses de l’Etat pendant des années au mépris de la morale et des textes de l’Etat.

Quant au grand Vizir, malgré son arrogance apparente envers sa communauté, commence à se sentir de plus en plus seul, car abandonné par une grande partie de sa communauté désabusée par le comportement et les faits et gestes d’une Hinda qui ne connaît aucune limite.

Comme on dit, toute chose a une fin,  Deby vient de se réveiller en catastrophe en cette 2ème  quinzaine du mois de mai, en arrangeant dans un coin de son placard son égocentrisme légendaire pour aller dare-dare attraper à deux mains les pieds de son grand frère Daoussa Deby avec qui ils ne se sont pas vus depuis plus d’une année, selon les dires mêmes de ce dernier. En effet, les relations entre les deux frères, sont le moins qu’on puisse, exécrables et comme toujours évoluer en dents de scies, au gré des soubresauts que connait le pays. Daoussa s’est toujours plaint qu’il est le souffre-douleur de son petit frère de Président mais qui ne le prend jamais au sérieux. Pire encore, il le critique et le ridiculise constamment auprès des bouffons autour des verres du thé  ou de whisky. A cette torture morale, le despote l’a soumis depuis plus de 5 ans à une diète noire au niveau d’octroi des marchés publics, et ce, à travers les différents ministres des infrastructures. Soumis à une pression psychologique et morale, Mr Daoussa a menacé de liquider purement et simplement ses sociétés et de quitter le pays pour aller s’installer ailleurs (pure chantage sûrement !). Ayant appris l’information, le despote a paniqué sur toute la ligne et pour une fois il a pris très au sérieux la menace du grand frère.

C’est dans ce climat délétère que le despote apeuré, a réuni, en présence de Mr Dillo Adoum, le Ministre Bilia de transport, une quinzaine des notables bilia dans son jardin et leur tient un langage cru d’auto flagellation : « Qu’il est abandonné par les siens et qu’il va tout droit dans le gouffre béant, que faire ?». Mais la nouveauté dans ses péroraisons, c’est ce qu’il s’attribue toutes les fautes et erreurs assaisonnées des larmes de crocodile. L’assistance l’a écouté avec beaucoup de compassion et lui demanda de faire un geste fort en direction de son frère ainé ; ce qui fut fait immédiatement et sans tergiversations. Accompagné des mêmes notables, Deby a fait irruption chez Daoussa sans aucune autre forme de protocole. Celui-ci surpris de la démarche a accepté la main tendu de son petit frère mais a posé comme condition sine quoi non  la répudiation pure et simple de Hinda. Le despote aux abois a accepté toutes les conditions mais en retour, il a demandé à Daoussa l’assurance que la réconciliation sera complète au sein de la grande famille Itno, ce dont Mr Daoussa s’est engagé à réaliser. Sur le champ, deux grandes décisions ont été prises :

-L’organisation d’une grande réunion du clan autour de Daoussa pour débattre de tous les problèmes qui minent la famille depuis bientôt 4 ans et de trouver des solutions adéquates,

-Comme un Chef d’Etat ne peut pas rester célibataire malgré les 7 épouses mises plus ou moins en jachère,  on lui a suggéré qu’il est temps qu’une bideyat de bon aloi occupe désormais le palais avec le titre de 1ère Dame. Là aussi, l’oiseau rare fut vit repéré : une ninette collégienne d’à peine 14 ans  de père Borogat (houbaira) et de mère Bilia (sigueïra).

Aussitôt dit, aussitôt fait. Daoussa  convoque tous les membres de la famille à N’djaména et leur détaille le contenu de l’entretien avec son petit frère. Après l’avoir écouté très religieusement, le chef de file de la branche Mahamat Itno, Bahar Mahamat Itno, très remonté, prend la parole et aurait dit très fermement à Daoussa ce qui suit : «  écoute Daoussa, tu es notre frère et tu souffres comme tous les membres du clan du comportement d’Idriss, mais pour nous du tronc d’Abçafia, Idriss est  l’assassin d’Ibrahim et de Hissein Mahamat Itno directement ou indirectement, qu’importe ! Lors des évènements du 1er Avril,  il t’a pris toi et Mahamat Saleh Brahim et abandonné sciemment Ibrahim et Hissein qui sont tombés sous les griffes de Habré. Et on connaît la suite ».Selon Mr Bahar Idriss lui-même a confirmé qu’il a abandonné délibérément les deux frères car il a eu ses mots une fois arrivé à Fasher quand les parents lui ont appris l’arrestation d’Ibrahim : C’est bien fait pour sa gueule, d’ailleurs, ce type s’est fait passer subitement pour un parent proche de la famille Haggar , ensuite il est devenu l’épine dorsale du système Habré. Heureusement pour nous s’il nous avait rejoints, il créera du désordre au sein des combattants, fin de citation. Ainsi donc, poursuit Mr Bahar, tant que ce point fondamental n’est pas réglé conformément à la tradition, tout le reste est superflu. »    Après lui, d’autres ont pris la parole soit pour appuyer la litanie, soit  pour en ajouter d’autres réclamations ou conditions entre autres la restitution de tous leurs anciens postes qui sont « occupés illégalement » par les membres de sa famille maternelle : Cemga 1erAdjoint, poste anciennement occupé tour à tour par Abderrahim et Ahmady , actuellement occupé par un membre d’un clan de moindre importance(sic) ; la    DG/DGSSIE ancien poste d’Ousman Bahar , occupé illégalement par Mahatmat Saleh Arim (parent maternel) et enfin le Groupement des RAMES poste occupé illégalement par Ousman Daoussa Dogosso (neveu maternel).

De son côté, Deby, égal à lui-même, dès qu’il a constaté la baisse de tension chez Daoussa, il a regagné son terrier et reporte de jour en jour la grande rencontre d’explication ; ce qui a pour effet de décourager les uns et les autres qui ont commencé à lever l’ancre à l’instar de Général Djouma Youssouf qui se trouve déjà depuis le 30/05/13  à Abéché.

Conclusion  de tout ce cinéma : la priorité est donnée à la réconciliation inter-Itno qui aura un effet d’entrainement sur toute la communauté Béri, pense-t-on ainsi ; et pourtant toute nouvelle initiative ne fait que corser davantage le problème.

Et les autres tchadiens ? Leur cas sera revu plus tard, rien n’y presse.

Akyo Ould Jerbo,Combattant opprimé


Commentaires sur facebook

7 Commentaires

  1. O.k. Didier

    Je vous aime bcp mais ou trouvez-vous ts ces info.

  2. Mht Ali

    Vrai ou faux ce verbiage n’a aucune importance pour la République. Qu’on arrête de nous distraire avec ces histoires de la famille Itno et de son clan. Que vise t-on en nous ressassant intempestivement ces histoires? Ne veut-on pas ainsi assimiler le Tchad à cette famille? Ne nous leurrons pas. Même Pharaon a disparu de la planète. Le Tchad est éternel et ne saurait être l’apanage d’une famille ou d’un clan. Que Dieu sauve le Tchad! Amène. M.A

  3. Cet aritcle n a rien d importants, s il y a un clash entre Deby et son clan ou bien entre Hinda et sa belle famille , cest normal car c est de cette facon que nos societes fonctionent.Il arrive souvent dans les societes tchadiennes meme voir au dela du tchad,une partie de ta famille deteste ta femme.Il peut y voir une partie de tes parents qui te detestent malgres tout ce que tu peux faire pour eux.L’homme est toujours de nature mechante et jalouse.Hinda est tres tres intelligente ,ell a un esprit tres fin,elle n est pas manupulable donc ipso facto, elle a des ennemies en face d elle.PARLER NOUS DU TCHAD MAIS PAS DU FOYER DE DEBY OU BIEN DE SON CLAN VOIRE ENCORE DE SA FAMILLE.Deby c est humain comme toi, un pere de famille comme nous,donc il doit gerer ces genres de problemes toute sa vie.essaie de lire les articles sur la famille Kennedy,la reine de Russie cela peut d aider

  4. Querly

    Voyons tout o tour de nous, si yapa de problemes pareils dans nos famille respective que nous dirrigons, il me semble que le peuple Tchadien è loin de l’eveil de conscience. On connais danser, manger boire et dormir, surtout les coups bas c’est notre fort.

  5. f99

    Nous sommes fatigués de toutes ces sottises,toute chose a une fin,bientot ils vont nous rembourser notre argent et aussi tous les biens qu’ils ont acquis illegalement….