Affaire Habré: le procureur des chambres africaines au Tchad – Rfi

Au Tchad, le procureur général des chambres africaines extrordinaires, chargées de juger l’ancien président Hissène Habré, est en visite de travail depuis dimanche. Il s’est rendu sur les lieux de charniers, avant de rencontrer les associations des victimes.

Le procureur Mbacké Fall a passé la journée de mardi 11 juin entre les associations de victimes et les visites de terrain. Avec les années, le temps a effacé beaucoup de traces. Certaines ont toutefois été préservées grâce au travail de la commission d’enquête tchadienne et des juges belges qui se sont intéressés au dossier.

Les victimes et leurs familles, elles, n’ont rien oublié, et la perspective de ce jugement les réconforte un peu. Vingt ans c’est très loin. « Les victimes sont presque toutes mortes et restent en paix », s’alarme un d’entre eux. « Maintenant, nous voulons rapidement un jugement. »

« Tous les Tchadiens seront réconciliés »

Un autre estime que ce procès sera bon pour le pays. « Il faut que le procès se tienne et qu’Hissène Habré soit jugé , affirme-t-il, pour la mémoire des victimes, et parce notre esprit sera dégagé, et tous les Tchadiens seront réconciliés. »

Mais le sentiment général est le soulagement, le « sentiment de quelqu’un qui a attendu longtemps et qui est en train de voir enfin le bout du tunnel, exprime un troisième ».

Ce mercredi, le procureur a rendez-vous avec le juge en charge de la procédure tchadienne contre Hissène Habré et ses complices. Il pourra boucler son travail préliminaire, ce qui servira à la rédaction du réquisitoire introductif.

Après ce sera au juge d’instruction de faire le voyage de Ndjamena où il devra rester plus longtemps, regarder dans le détail le récit des victimes, visiter les fosses communes, bref, peaufiner l’enquête en vue du procès.


Commentaires sur facebook