Le silence qui tue…

C’est le silence qui tue; le silence complice des acteurs politiques, des cadres, le fatalisme et la non réaction aux actes hors la loi de Deby, qui poussent ce dernier à aller de l »avant dans son bâillonnement de la population tchadienne, dans son piétinement des règles élémentaires des libertés d’expressions, dans son harcèlement quotidien des acteurs politiques. C’est le résultat du manque d’une réaction appropriée. Et la dictature a encore des beaux jours.


Commentaires sur facebook