Le retour de la pompe à fric de Deby

 

 Adoum Younousmi est donc de retour dans le nouveau gouvernement de Dadnadji. Ainsi il a échappé bel au purgatoire habituel de Deby c.-à-d., le lieu où celui-ci  envoie tous les collaborateurs qui ont pris de l’importance dans son régime ou ceux qui ont été étroitement liés à lui à un moment ou à un autre  dans l’accomplissement de toutes sortes des magouilles. Histoire de leur rappeler un tant soit peu, qu’il est le seul à les avoir fait sortir de l’obscurité à la lumière, et fait d’eux ce dont il en a besoin. Gare à celui qui osera lever le petit doigt, il sera alors exposé à la vindicte populaire, humilié, trainé dans la boue, afin qu’il ne puisse plus relever la tête. Ainsi donc Adoum et ses parents avaient  attendu sagement que le couperet leur tombe dessus ; mais Deby aurait longuement réfléchi, et soupesé tous les facteurs: qu’on le veuille ou non Younousmi a une certaine audience dans une partie du BET, son fief. Par ces temps des cliquetis des armes, surtout en provenance du nord, il ne serait pas opportun de toucher à un potentat de la région, qui entretient une armée de délaissés pour compte par le régime: des déflatés, des radiés, des ex douaniers, ex rebelles, etc. Et puis IDI s’est certainement rappelé qu’Younousmi est aussi l’homme qui a largement contribué à la mise en place de tout le mécanisme des détournements, des surfacturations, des faussés factures, etc. En somme  l’homme qui a appris à Deby et aidé ce dernier à amasser et surtout faire mains basses sur la totalité des revenus pétroliers. Tout cela à travers un vaste réseau bien huilé où occupent des places honorables la société française Satom et l’architecte sénégalais, Goudiabi Atepa, qui est aussi en même temps l’agent immobilier de Deby. Vient s’ajouter ensuite une multitude des bureaux d’études, d’expertise, de surveillance, de contrôle, etc., qui constituent le centre névralgique du réseau, destiné à drainer des fonds  vers les différentes caches tortueuses du despote. 

 Younousmi a aussi tissé toute une toile d’araignée qui a ses tentacules sur tous les départements ministériels où il a son mot à dire sur le moindre mur à construire.  Bref, le « gardien des cimetières » pourra pleinement jouer son rôle de gratte-papier mais le vrai Premier Ministre qui ne dit pas son nom sera évidemment Younousmi, à la tête d’un nouveau Ministère qui draine 85% des revenus pétroliers. 

 L’ancien et le tout nouveau Ministre est aussi l’homme  des missions secrètes, l’achat des armes. Il est au cœur de l’affaire Habib Boukharouba du nom de « cet ancien  pilote de chasse français, ayant fourni clefs en main une force aérienne comprenant avions, hélicos, bombes et pilotes, au Tchad pour l’aider à mater ses rebelles »,  » dixit, le journal français le Nouvel Observateur. Ainsi que l’équipement de vision nocturne qui a semé tant de désolation au sein de la rébellion, a été acquis par l’intermédiaire de Younousmi. (A cet effet, voir la photo parue dans le même journal, où Younousmi signait et échangeait le contrat avec M. Boukharouba)

Selon les propres confidences d’IDRIS DEBY  lui-même, l’incontournable Ministre est un vrai professionnel dans le domaine : efficace et discret, parent du seigneur (ce que beaucoup ne le savent pas), ayant eu des grands frères promotionnaires au Sultan, l’argentier patenté du roi a toujours eu un accès direct qui lui a permis de contenir les assauts de la cohorte debyste et autres spécialistes de trafique d’influence.  

La plus grande victime de cette complicité ou proximité est sans nul doute Daoussa Deby. Lui, le grand frère, ingénieur de son état, propriétaire de la SNER, a  voulu être l’unique interlocuteur pour tout ce qui concerne les infrastructures, c.-à-d. mettre la main sur toutes les dépenses de l’Etat dans ce domaine,  mais IDRIS DEBY, le connaissant à fonds, a placé ADOUM YOUNOUSMI entre  lui et son frère. D’où la haine viscérale que nourrit et entretient DAOUSSA DEBY et ses nombreux coups tordus contre Younousmi. Arrogant et imperturbable comme le mont Eyi, Adoum, au dessus de ses presque 2 mètres, regarde le nabot avec mépris et le considère comme une entité négligeable, tant qu’il a la confiance d’IDI. À cet effet, une anecdote circule dans le milieu de la bouffonnerie debyste. Un jour IDRIS DEBY appelle son grand frère et lui demande de lui trouver illico un milliard de CFA. Le grand frère se tord dans tous les sens, regarde le plancher, le plafond, relate les difficultés de la SNER, de la famille, énumère tous les comptes en rouge dans les différentes banques, etc., pour finir par dire que c’est impossible de trouver la somme demandée. « Avec tous les marchés gré à gré qu’on t’octroie, toutes les faveurs qu’on te fait, tu n’as pas pu mettre un petit milliard de côté pour les urgences? »  S’étonne le petit frère de Président ! « Un milliard c’est beaucoup d’argent » lui répond calmement DAOUSSA DEBY. Alors, il  appelle séance tenante l’argentier  et lui dit « j’ai besoin d’un milliard pour calmer un parent. » Au bout d’une heure, celui-ci  se présente.  » Bonjour grand frère, les deux colis sont prêts » ; en d’autres termes  au lieu d’un demandé, le Ministre pousse le zèle à en rajouter un deuxième au nez et à la barbe du nabot ! Alors Deby se lève majestueusement, se tord aussi dans tous les sens, regarde le plancher, le plafond et se tourne vers son grand-frère qui était devenu entretemps deux fois encore plus petit, et le somme en le regardant fixement : « voilà, Daoussa, c’est ça Younousmi, il est là quand on a besoin de lui, présent à ses cotés quand on est en difficulté. Toi Daoussa, prends un tabouret d’un mètre et monte dessus, lève très haut ton bras, tu n’arrive ras pas a toucher les cheveux d’ADOUM YOUNOUSMI, alors s’il te plait dégage de son chemin. » Cette anecdote explique à merveille, s’il en est besoin les raisons fondamentales du grand retour du vizir dans le sillage de l’empereur sans avoir subi beaucoup des contorsions comme ses nombreux anciens collègues. En effet comme signalé plus haut, Mr Younousmi a été pour l’histoire – avec un autre ancien Ministre des Finances- l’homme qui a enseigné, pédagogiquement et didactiquement, à Deby comment voler l’État en utilisant tous les astuces de surfacturations, des marchés fictifs, des fausses factures des placements à terme dans des banques « offshore », etc.  

Depuis quelque temps Deby a constaté le tarissement de ses ressources qui sont accaparées et détournées par la clique de Hinda et consorts ; il ne reste qu’une seule source intarissable, le trésor public, or malgré les gymnastiques maffieuses et inintelligentes de son beau-fils, le TPG, les traces de sortie de fonds du trésor restent indélébiles ! Alors il faut faire un rappel des troupes hautement qualifiées et toujours disponibles !

 BF


Commentaires sur facebook

4 Commentaires

  1. al mahdi sadick

    oh younoussmi c’est grand technicien en la matiere et en plus c’est un fidel serviteur du maitre.Il avait laisse un vide difficile a combler so ,son Maitre n’ a pas le choix de le ramener au volant de detournement je vous dis sincerement c’est un grand specialiste de detournement du bien publique au profit de son Maitre,et il en profite aussi pour investire avec ce bien publique au NIGER> un grand jour l’histoire le rattrapera pour etre a la barre et rendre compte de ses faits au peuple.

  2. Gérard

    B.F semble bien connaître les circuits et les méthodes mafieux qu’utilise le régime pour avoir contribué à leur mise en place et s’en être servi à souhait avant de se brouiller avec son cousin de Président. Younousmi n’est pas le seul expert en magouille de son maître. Il y’en a nombreux. L’histoire nous dira, le moment venu, qui a trempé dans quoi et à quel moment? A bon entendeur salut! G.K

  3. continuez vos basses oeuvres vous serez rattrapés un jour par l’histoire et ce jour est très proches.

  4. Madjitoloum D

    Certes You est un personnage incontournable pour le dictateur en terme de magouille mais il ne fait aucun poids pour le BET. Il ne représente que lui même dans cette région.