Le Tchad a droit à un dédommagement conséquent ! – maliactu

armeeTchadAprès avoir été payé par la monnaie de l’ingratitude française, le Tchad qui n’est pas un Eldorado, doit rentrer dans ses droits, en se faisant rembourser par la communauté internationale, notamment, les USA, la France, l’Union Européenne, l’Union africaine et, aussi la léthargique CEDEAO.
Avant tout, s’il y a crise au Mali et dans le Sahel, c’est avant tout la faute et le manque de jugement des soient disant « experts » occidentaux qui avaient fait fi des avertissements éclairés du Président Deby pour semer la pagaille en Libye, offrant du même coup, l’inespéré occasion aux cellules dormantes des extrémistes de puiser a satiété dans les arsenaux militaires du régime de feu Mouammar Kadhafi.
Ils avaient allumés le feu, il est de leur devoir et obligation d’éteindre ce feu, en supportant toutes les défenses engagées par les pays tiers comme le notre.
Le peuple Tchadien dans son ensemble réclame le retrait de toutes les forces militaires au Mali opérant sous la bannière de la Mission des Nations-Unies pour la Stabilisation du Mali (MINUSMA).
C’est cette création de l’ONU, qui dans son impartialité et son ingratitude, avait décerné le 5 juin, par le biais l’UNESCO, le prix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix à François Hollande, le Président français.
Durant ces cérémonies, aucun mot de remerciement n’a été adressé pour saluer l’engagement et le sacrifice de notre pays au Mali, nous laissant dire que l’ONU est avant tout une organisation lobbyiste et clientéliste.
L’affront fait au Président Idriss Deby Itno présent au siège de l’UNESCO touche tous les Tchadiens. C’est une seconde mort faite aux vaillants soldats tombés au Mali, nous dirons plus, de l’ineptie et de l’ingratitude, surtout le silence du pantin malien, la girouette Dioncounda Traoré.
Ce dernier dans son ingratitude et ses bourdes répétées à l’égard du Tchad, s’était bien illustré en nègre tremblotant comme une feuille morte devant ses maitres Français. Pauvres Africains !
La France ne pourrait pas, à elle seule mettre un terme si rapidement à cette guerre, elle s’embourberait lamentablement comme au Vietnam, ou comme leur coalition en Afghanistan ou en Irak. Le Tchad a fait avec dextérité et la vaillance du cœur, ses devoirs et ses obligations vis-a- vis du Mali, même si les autorités de transition du Mali ont été grossièrement ingrates à l’égard du Tchad.
Il est temps que le Tchad soit rembourser comme l’ont été des nombreux pays ayant intervenus à une moindre échelle au Mali.
L’ONU a été très désagréable, injuste et ingrate à l’égard de Tchad. En refusant de donner au Tchad un poste au commandement de la Mission des Nations-Unies pour la Stabilisation du Mali (MINUSMA), elle a démontré une fois de plus sa duplicité, préférant faire les yeux doux à la France qui, dans les coulisses avait plaidé en faveur du général Rwandais, Jean-Bosco Kazura.
Ce geste de Paris est avant tout la concrétisation de la volonté de la France de s’attirer les bonnes grâces du petit poucet Rwandais, en froid avec elle depuis des années et qui se tourne de plus en plus, vers la communauté anglo-saxonne. Les Tchadiens, ne cesserons jamais de dire : réfléchir deux fois avant de faire affaire avec la France ! Entre la France et le serpent a sonnette, le choix est difficile, trop difficile a faire, car le « serpent à sonnette mord tout comme la France ».
La solidarité est une vertu sacrée en Afrique. Le TChad n’avait pas dérogé à la tradition en s’engageant au Mali et en Centrafrique, en dépit de ses moyens limités et face aux problématiques afflux des refugiés venus du Darfour, de la RCA et de la Libye.
Le Tchad est entrain de prêcher dans le désert depuis des décennies sur l’assèchement du lac-Tchad qui aurait des effets dévastateurs sur l’écosystème, l’équilibre fragile des populations et des catastrophes humanitaires sans précédent pour plus de 30 millions de personnes.
La vie des millions de personnes dans la sous-région n’est pas plus importante que les visées hégémoniques et néocolonialistes des superpuissances qui dépensent des milliards de dollars dans des guerres qu’elles avaient elles-mêmes déclenchées, notamment en Afghanistan et en Irak. Ces sommes astronomiques pourraient résoudre en grande partie les problèmes de pauvreté, de famine, de manque d’eau potable, de médicaments…Dans une grande partie des pays pauvres auxquels ont volent leurs ressources premières.
On déclenche des conflits. On exige des pays de supporter les dépenses liées à leur « libération ».Une fois le régime fantoche installé, des operateurs « économiques » et prédateurs de tout poil débarquent à bord des avions officiels pour soumissionner aux processus de « reconstruction » du pays dévasté. Tels ont été les cas de la Libye et de la Tunisie où des vautours capitalistes avaient fondu comme des éclairs sur ces pays pour proposer leurs expertises. Les armes volées en Libye continueront encore longtemps de causer des troubles dans la région saharo-sahélienne, et c’est les contribuables qui paieront les factures qui se répercuteront sur des nombreuses générations. L’hydre dantesque a jeté son dévolu sur l’Egypte après avoir semé ses graines abjectes au Rwanda, au Burundi, en Cote d’Ivoire, en RDC, au Soudan…À qui le prochain tour ?
Des simples d’esprit et opportunistes de tout acabit, installés confortablement dans les capitales occidentales en se targuant pompeusement de leur statut d’opposant, multipliant des interviews et des conférences-débats pendant que les populations de nos pays vivent au quotidien dans la dure réalité des pays pauvres dépossédés de leurs richesses et ressources par le monde occidental qui, pille honteusement et sans état d’âme, nos sols et sous-sol, siphonne avidement notre pétrole, vole sans vergogne nos pierres précieuses, notre cuivre, notre cobalt…Ce monde cruel qui nous impose d’une manière inhumaine, des prix pour notre coton , notre café et notre cacao, en refusant de vendre a des prix raisonnables des médicaments génériques pour guérir nos millions de malades infectés par le VIH, la malaria, la tuberculose…
avec Moussa Guetane


Commentaires sur facebook

3 Commentaires

  1. LAOURE LAOUMEUR

    C est un raisonnement ici objectif. c est là la vérité. Les Tchadiens sont bien conscients de ce jeu des Super puissances.Chaque Tchadien doit aimer son pays en préservant l intérêt de ce pays. Observer de pus l indépendance de notre pays tout ce qui nous arrive.Rien ne nous sera donné gratuitement.Donc il ne faut pas s amuser avec les intérêt de notre TCHAD. IL faut qu on ait l amour des uns et des autres Tchadiens

  2. abdramaneoumeoumar

    je ne suis pas d accore avec vous

  3. francky sosta

    Bien analysé, mon compatriote Moussa. Mais saches que le Tchad n’aura droit a aucun dédommagement; ainsi en ont décidé la France, l’ONU et la CEDEAO comme complice.  »Personne n’a invité le Tchad au Mali, le Tchad est venu se mêler d’une histoire qui ne l regarde pas » fin des citations. Tous ces pauvres pays Africains et la France ont peur de la montée en puissance du Tchad dans le domaine militaire. en bonne puissance manipulatrice, on veut faire payer aux Tchadiens leur indépendance d’esprit, d’où cette mise ne scène de décorations, prix décernes aux personnes non méritantes et actes méprisants à ceux qui les méritent davantage avec comme acteurs les Maliens er leur fainéant de président et chef d’orchestre la France.
    Francky sostan