Le Tchad annonce un audit général des sociétés pétrolières – RFI

C’est dans cette tranchée de 50 mètres carrés et deux mètres de profondeur que le brut extrait d’un forage a été déversé sans aucune précaution. Le brut exposé à la nature est ensuite récupéré pour être brûlé dans des carrières en pleine forêt. RFI / Madjiasra Nako

C’est dans cette tranchée de 50 mètres carrés et deux mètres de profondeur que le brut extrait d’un forage a été déversé sans aucune précaution. Le brut exposé à la nature est ensuite récupéré pour être brûlé dans des carrières en pleine forêt.
RFI / Madjiasra Nako

Au Tchad, deux jours après avoir annoncé la suspension des activités de la société pétrolière nationale chinoise CNPCI, qui opère des forages dans la région de Bongor au sud du Tchad, les autorités annoncent que toutes les compagnies pétrolières seront auditées et que plus rien ne sera comme avant.

Les images du site des rôniers où les atteintes à l’environnement ont été constatées montrent par endroits des trous de 50 mètres carrés, profonds de deux mètres, dans lesquels du pétrole brut est déversé en plein air. On peut voir aussi des trous où du brut a été brûlé. Sur plusieurs mètres à la ronde, des arbres desséchés.

Une situation qui a conduit mardi à la suspension des activités de la société chinoise. Mais le Tchad compte aller plus loin. « Nous allons commanditer une expertise externe [le cabinet américain d’audit minier Alex Stewart International, ndlr] qui va venir et regarder ce qui se passe en matière de préservation de notre environnement, annonce Djerassem Le Bémadjiel, ministre tchadien du Pétrole. Vous trouvez normal que, sur un chantier pétrolier, ils n’aient pas de camions spécialisés pour aspirer les déversements ? Ils emploient des gens pour ramasser du brut avec des gobelets ; ça ne se fait pas ». L’audit ne se concentrera pas seulement sur les activités de la société chinoise, mais s’étendra à tous ceux qui opèrent au Tchad, assure Djerassem Le Bémadjiel.

Jusqu’où ira cette suspension ? Selon le ministre, rien ne bougera tant que les assurances ne seront pas données en matière de respect de l’environnement. Selon nos informations, un haut responsable de la société chinoise est attendu à Ndjamena ces jours-ci pour des discussions avec les autorités tchadiennes.


Commentaires sur facebook

8 Commentaires

  1. Ali Galadi

    Et voila les conséquences de la chinoiserie. La protection de l’environnement qu’est ce que la CNPCI va en faire. le profit et le profit c’est tout.

  2. voila le mefait du chintoc il faut l’avertir bien avant il n’y a pas des patriotes dans ce pays plus grave que ca va arrivé s’il y avait de vrais citoyen doivent prendre des mesures fermes contre cette societé a bon attendeur salut.d

  3. le tchadien ne pense pas au pays leurs interets ce leur pochent il d’avoir compter de milliard seulement mon pays ma patrie y a pas.  

  4. DINGAMNODJI

    ceci n’est quela partie visible de l’iceberg, le Tchad est foutu!

  5. Ndilbe modobe

    C’est normal par ce que nous n’ avons pas les cadres qui peuvent défendre l’intérêt de la population. Nous marginaliser par les petit blanc .

  6. Ngare

    Quel scandale ! Ils sont bien pires que les occidentaux. Et après ils tentent la corruption pour étouffer le problème.

  7. abdoulmalik

    bravo o autorités du Ministère de Pétrole tchadiens

  8. ce mieux que rien petites a petit ça va changées vive le tchad