Les Brèves de N’djaména : Conflit Deby/Nour. Deby vient de dépêcher en urgence une délégation composée de Adoum Younousmi et Mahamat Ismail Chaïbo chez le Guide.

N’djaména sentirait la poudre, sans que le citoyen lambda s’en rende compte! Mahamat Nour qui a pris quelques précautions d’usage vient d’envoyer son grand frère, Abderrahmane Abdelkerim, chez le guide pour l’informer des menaces qui pèsent sur lui. Il a demandé à rencontrer le guide à Tripoli.

Pour les avisés qui connaissent Mahamat Nour c’est un signe qui ne trompe personne en ce sens qu’il veut ou qu’il a voulu faire « quelque chose ». Car Mahamat Nour n’assiste jamais à « quelque chose« , il reste toujours loin pour observer et manipuler! Ses anciens collègues de FUC en savent quelque chose.

Cette situation intrigue beaucoup Deby, car l’opinion n’djaménoise majoritairement anti zaghawa soutient Mahamat Nour, et cette sympathie est même perceptible dans les milieux militaires démunis et humiliés par la minorité nantie; même les goranes qui sont les alliés naturels de Deby contre tout le reste, semblent se pencher du coté de Mahamat Nour. Mais selon un chef de guerre de Deby, il faut fermer la parenthèse Nour ; « On lui a laissé suffisamment du temps pour se faire des illusions, et comme il ne veut pas revenir sur terre, on le fera revenir ; c’est déjà fait à Guéréda et à Goz-Beïda ».Deby vient également d’envoyer de toute urgence Adoum Younousmi et Mahamat Ismail Chaibo chez le guide pour donner sa version des faits. Les deux envoyés sont chargés d’endormir le guide, en insinuant qu’aucune menace ne pèse sur Mahamat Nour. Et c’est ce dernier qui est à l’origine de ces histoires sans aucun fondement. Ca rappellerait l’histoire d’un certain Abass Koti !

La colère de Deby – Deby aurait très mal pris la promesse du Président Français d’aider financièrement le Sénégal d’organiser le procès de Habré. « On ne peut jamais compter sur ce français, il m’avait juste dit le contraire lors de mon séjour », a-t-il lâché devant un collaborateur. Selon le même collaborateur, Deby pense que l’organisation pratique du procès n’aura lieu que dans quelques années ; d’ici là, beaucoup des choses vont survenir ! Par exemple la disparition de l’un des deux.

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook