Les Brèves de N’djaména – La crise pétro-chinoise : les vraies facettes du problème.

Le matraquage systématique actuel contre la société chinoise est un bluff qui cache des opérations mafieuses dont sont complices tous ceux qui sont liés de près ou de loin aux activités pétrolières. La destruction de l’environnement par les chinois est connue de tout le monde d’autant plus que dans les contrats, initialement signés par les deux parties (tchadienne et chinoise), aucune clause n’astreignait les chinois à respecter les facteurs environnementaux et ce d’autant plus que lesdits contrats ont été paraphés sans aucune discussion technique. Aussi, deux facteurs ont favorisé le comportement arrogant et abusif des chinois : la corruption généralisée au niveau du Ministère du Pétrole et la privatisation du dossier « Chine » par Deby au profit d’un individu, de surcroît soudanais.

Le despote avait créé une commission pour superviser et coordonner les investissements chinois au Tchad et a mis à sa tête un certain Hassane Borgo, soudanais de nationalité et pur produit des services des renseignements soudanais. Ce monsieur a des origines lointaines tchadiennes ; son arrière- arrière-grand-père était le sultan de Kapka (Tchad). A l’annexion de ce sultanat par Haggar, le nouveau Sultan de Dar Kobe, les Borgo avaient quitté le Tchad pour le Soudan, où l’administration coloniale anglaise les a installés à Toundoubaï(nord Darfour) qu’ils se forcent d’ailleurs de continuer à l’appeler « Kapka » et en leur reconstituant leur Sultanat. Dès lors, les Borgo sont devenus soudanais à part entière. Voilà pour la petite histoire.

Ce Tourabiste de bon aloi, fourbe et manigancier et fonctionnaire à la Commune de Khartoum avait la charge du dossier du jumelage de deux Capitales. Il en a profité de son appartenance tribale pour soutirer et détourner au maximum tous les dons de la ville de Khartoum à la ville de N’Djamena y compris la radio FM qu’il a donné sans vergogne à son petit frère, le tonitruant Abakar Borgo qui est aujourd’hui l’un des hommes clé du système, alors qu’il a foulé le sol tchadien pour la première fois de sa vie en 1992, deux ans après l’arrivée de MPS !

Mr Hassan BORGO a été limogé de son poste juteux pour sa proximité trop déclarée avec le régime de N’Djamena quand les deux pays s’affrontaient par rebellions interposées. Après un bref séjour en prison, il s’était exilé en Moyen-Orient jusqu’à 2009, date à laquelle les deux pays se sont réconciliés. C’est donc par un coup de bâton magique dont il a le secret, qu’il devient le principal négociant entre les chinois et le gouvernement du Tchad, et depuis lors, il pilote pratiquement la coopération avec la chine au grand dam du Ministère des affaires étrangères. Profitant de ce statut particulier et informel, il a siphonné et ratissé large : le pétrole, le ciment, le commerce général, ainsi que le Projet de la construction d’une ligne de chemin de fer entre le Soudan et le Tchad. Il n’a de compte à rendre qu’à Deby, et n’a aucun intermédiaire entre lui et les chinois d’une part et Deby et lui d’autre part. Les cadres du Ministère du pétrole, des mines et d’autres, reçoivent de lui quelques miettes, suffisantes pour fermer les yeux et la bouche sur tout ce qui passe dans les différents secteurs d’activité des chinois. Si malgré les bakchichs, un cadre marmonne quelque chose à l’endroit des chinois, il le rappelle immédiatement à l’ordre par l’intermédiaire du Ministre du Pétrole. Cette situation lui permet de mener une vie de pacha à N’Djamena, ses va-et-vient entre le Tchad et le Soudan sont devenus fréquents ; en fait il a été réhabilité par son ancien service qui lui a donné le quitus pour surveiller l’inconsistant Deby.

Il n’est aussi un secret pour personne qu’il alimente les caisses de son service avec les revenus du pétrole tchadien ; surtout depuis que les caisses du gouvernement ont plus ou moins tari à cause de la séparation du Sud Soudan.

Selon les confidences de l’entourage de Deby, ce dernier aurait demandé à son protégé de financer certains projets et que le Monsieur aurait fait sourdes oreilles, et ceci à plusieurs reprises. Finalement, Deby aurait demandé du cash, et toujours pas de réponse du Monsieur, alors il a décidé de suspendre la Commission présidée par Borgo et instruit le Ministre du Pétrole de mener des enquêtes sur les activités des chinois. Le reste est connu.

De ce qui précède, la question que tout citoyen lambda se pose est la suivante : comment un étranger, fut-il de l’ethnie de Deby, qui n’a aucune compétence en la matière ni des capitaux à investir pour le développement économique du pays, puisse s’interférer entre la Grande Chine, connue pour son opacité administrative, et l’administration tchadienne pour diriger en toute impunité un secteur clé de l’économie du Pays ? Le dictateur n’a pas trouvé mieux qu’un étranger pour transporter nuitamment des valises bourrées des billets ? Est-ce que Mr Deby pourrait regarder un de ses concitoyens en face pour lui dire l’apport matériel et financier de ce truand qui n’a de spécifique que son double turban et sa canne ? Cette situation interpelle la conscience de tout tchadien, du citoyen lambda aux responsables administratifs, politiques et aux parlementaires !

Correspondance particulière.
(N’djaména)


Commentaires sur facebook

4 Commentaires

  1. SBA

    Vue ce qui se passe actuellement dans l’administration Tchadienne, rien n’est étonnant que soit placer un étranger à la tête d’une commission pour superviser et coordonner les investissements chinois au Tchad ou nommé un soudanais à l’ambassade des états unis pour représenter le Tchad ou il s’engouffre dans les affaires de corruption avec une société Canadienne pour l’acquisition d’un contrat de concession pétrolière au Tchad.

  2. Abdraman

    Vous avez bien fait de ressortir ce pillage perpétré par un soudanais. Hassan Borgou n’a aucun objectif autre que détourner de fonds sans contrôle pour d’abord se servir. Vous avez oublier de noter le reseau electrique Djarmaya-Ndjamena qui valait 50 Millions dollars à la signature du contrat et qui, à travers des avenants, est passé à 200 millions dollars; des échangeurs et ponts dans le Sud, des terrains agricoles et autres petits projets qui ont emporté tous les revenus petroliers. Monsieur Deby l’a compris tard. Mais la question que nous nous posons est de savoir pourquoi notre Président fait de ces BIGUI soudanais nos dirigeants et ayant droit des richesses du Tchad : Mahamat Ismael est le tenor de la Sécurité, Abdoulaye Sabour Fadoul est le seul ministre de Koubé, Mahamat Djibrine est SGPA, Hassan Borgou est le coordinateur des projets chinois. Et nous tchadiens de Koubé qu’avons nous fait de mal pour être guidés et piétinés par ces soudanais ?

  3. il as raison de faire ce qu’il veux parce que l’État tchadien est dans leur main ,Borgo est d’ethnie  » Zagawa » c’est tout a fait normale.et le pouvoir est dans la main de zagawa alors .