On braque et on tue à N’Djamena

On braque et on tue à N’Djamena: Ce qui se passe sur le plan sécuritaire à N’Djamena, c’est du jamais vu dans l’histoire de la ville : on braque et on tue en plein centre et en pleine journée, au vu et au su des différents services de sécurité. Les agents en charge de la sécurité ne veulent prendre aucun risque, car face à un malfrat armé jusqu’aux dents, il n’y a que deux alternatives : tuer ou se faire tuer. Dans les deux cas, soit l’agent est sacrifié sans aucune indemnisation ou reconnaissance pour sa famille, soit il est tenu responsable et doit payer lui même le « dia ». Alors les agents font semblant de poursuivre les malfrats avec beaucoup de bruit et sans aucun résultat. Entre temps l’insécurité continue à régner au grand dam des citoyens.


Commentaires sur facebook

6 Commentaires

  1. Chaque chose a sa fin et rien n’est gratuit. Ils vont certainement payer cher pour le mal commis. Dieu est grand

  2. razak

    est ce que l’etat existe meme? c’est le constat amer que tu feras quand tu descends au pays.quelle malheur? quelle desolation? oui cette regime a laisse une chapitre sombre dans l’histoire de notre pays. est ce que cela va nous servir de laissons dans le cas echeant? ou continuer a sombrer dans notre barbarie, notre ignorance……  oui l’humanite evolue, s’dapte et change constament pour le meilleur des etres humains.  mais il ya un obstacle , un defis a relever ici.mais comment? par une rebellion?,une revolution?une desobeissance civile? une resistance militantiste?…..ou tout autre modele de resistance. le tchad est notre pays,l’avenir de ce pays depend de nous.

  3. MIG23

    Deux alternatives ? Tuer ou laisser tuer ? Non il y a ici une seule alternative dans ce cas. Apprenez à vous exprimer correctement en français.

  4. sidi Aquçairy

    La republique tchadiennes est victimes de trafic d,armes à travers les frontieres lybiennes…Si les autoritès de N,diamèna ne prenent ces derapages au serieux le pays risque fort d,etre comme la lybie..