Entre Deby et Mahamat Nour, le Guide

Il est de notoriété publique que le régime de Deby ne vit que des problèmes qu’il génère lui-même. Gérer les futilités en longueur des journées, voila la principale caractéristique du pouvoir Deby. Mais ces futilités mènent souvent à des dramatiques. Depuis quelques semaines, des informations, quelque fois ébruitées par le palais rose circulent sur un conflit entre Deby et Mahamat Nour.

Y a-t-il vraiment un problème ? Un diplomate très aux faits des affaires tchadiennes résuma la situation ainsi : « Dans la situation actuelle, s’il y a un problème c’est normal ; ce qui serait anormal c’est le contraire ».

En effet, tous les observateurs avertis ont prédit qu’entre les deux ça n’ira pas loin. Mais à qui la faute ? Les analystes des problèmes tchadiens sont formels : Mahamat Nour a eu tout ce qui a été prévu dans les accords de Tripoli ; plus que cela, tout ce qui a été dit mais non écrit a été également exécuté par Deby. Jamais Deby n’est allé aussi loin avec un rallié. Alors, Mahamat Nour n’a aucune raison de mettre en cause tous les acquis obtenus en moins de huit mois. En réalité le problème (s’il y a problème) vient de Deby lui-même. Deby avait mis beaucoup d’espoir sur le ralliement de Nour. D’abord il avait pensé utiliser les éléments de Nour pour combattre leurs anciens camarades. Jusqu’à ce jour Nour a su éviter un tel piège. Deby a donné six mois pour nettoyer la région de Dar Tama des populations allogènes, véritables viviers de la rébellion. Dans ce domaine, Nour a essayé mais les résultats sont plus que maigres, par contre les populations allogènes se sont organisées et érigées en veritables milices d’autodéfense. Pire, il y a une tension permanente entre les éléments de Nour et ceux de Deby.

Contrairement à ce que croyait Deby, Nour a des ambitions politiques et s’est même révélé être un fin homme politique. Il a su prendre langue avec différents milieux. Deby s’attendait à voir Nour faire de la java dans les quartiers de Ndjamena avec tous les moyens financiers mis à sa disposition, or c’est tout le contraire : Nour utilise les moyens financiers pour se faire de la clientèle. Il a su s’attirer la sympathie des officiers supérieurs (les vrais), clochardisés par Deby. Certains ont été nommés à des postes de responsabilité. Mahamat Nour peut il être une alternative au syndrome gorane – zaghawa ? Une grande partie de Ndjamena commencerait à y croire, malgré les informations savamment filtrées selon lesquelles ses éléments font régner le désordre dans la ville.

Les Chefs de guerre de Deby n’ont jamais gobé Nour, ni les énormes avantages matériels octroyés, ni l’étendue des pouvoirs. Pour beaucoup de ces Chefs, Nour reste le Chef rebelle qui a tué leurs frères. Ils n’attendaient que le feu vert de Deby pour lui régler son compte. Le moment semblait venu. Les rebelles de l’Est sont mis en quarantaine par le duo Libye Soudan, donc calme plat de ce coté. Les appréhensions de Deby vis-à-vis du nouveau Président français ont été complètement dissipées lors du dernier voyage. Mieux, Deby est revenu avec un projet de sécurisation de ses frontières Est par les troupes de l’OTAN ; il ne pouvait espérer mieux. Comme le Monsieur ne peut vivre sans créer des problèmes, le mal lui en a pris, alors il a décidé de s’occuper de Nour : Il ne s’agit pas seulement de désarmer et brasser les éléments de Nour, mais plutôt de désillusionner Mahamat Nour, càd lui enlever de son cervelet ses ambitions démesurées. Il n’y a que Deby et il n’y aura que Deby. Il est temps que Mahamat Nour comprenne cela. Il semble que le fin Mahamat Nour ait compris cela et a demandé la médiation du Guide. Le weekend qui vient de s’écouler a été riche en événements en sourdine, les envoyés spéciaux de Deby, le Ministre Younousmi et le DG de la DDS, Chaibo, ont pris l’avion pour Tripoli en même temps que Nour. Les uns et les autres seront reçus séparément pour écouter la version de chaque partie et ensuite ensemble, par le Guide. Ce dernier prodiguera ses sages conseils à chacun et demandera à chacun de rester tranquilles. Ainsi sera résorbé le premier couac entre Deby et Nour, mais pour combien de temps ?

Mahamat Ahmat
N’djamena


Commentaires sur facebook