Les décisions du Gouvernement ne concernent pas les Deby.

Pour piller allègrement les ressources du pays, Deby se déjuge au profit de ses rejetons !  En février 2011, il fait suspendre les engagements par son SGP-adjoint jusqu’à nouvel ordre. L’essentiel de la note présidentielle relative à cette suspension s’intitule comme suit : « tous les contrats de marché conclus en gré à gré sont annulés et doivent être repris en appel d’offre en 2012, l’achat des engins 4 roues et 2 roues, est strictement interdit sauf sur autorisation du chef de l’Etat ». Après une semaine le même Deby octroie un marché de 30 voitures à sa fille Amira, lesquels véhicules sont destinés au département de l’environnement. Sur initiative de la présidence et sur ordre personnel de Deby, un marché de gré à gré  est conclu avec une entreprise étrangère, au mépris des textes en la matière. Le marché, d’un montant de 11 milliards, est destiné à la réfection du palais de 15 janvier.

 

Depuis 2011, tous les engagements de l’Etat sont repoussés à l’année suivante, d’une année à une autre ; aucun engagement n’est autorisé, aucun marché n’est signé, les départements ministériels ne survivent que grâce à des opérations frauduleuses, des arnaques des fournisseurs lesquels ne sont jamais payés. C’est ainsi que les engagements de 2011 sont reportés à 2012, ceux de 2012 à 2013 et ceux de 2013 à 2014, etc.,  à l’exception des contrats conclus au profit des membres de la famille ou des nombreux bouffons qui feront des investigations  séparées.

 

CFR