Les Brèves de N’djaména : Construction du siège de la BSIC

Deby a tout simplement vendu le bâtiment du ministère de l’agriculture, Tombalbaye doit se retourner dans sa tombe. A qui ? A la Banque Sahélo-Saharienne pour l’Investissement et le Commerce (BSIC).

La BSIC, c’est tout juste la banque des investissements du guide libyen qui a exigé qu’elle soit construite là et nulle part ailleurs. Et comme Deby ne peut rien lui refuser, la vente fut conclue, on n’en connaît pas le montant pour l’instant. Comme au Tchad, tout est permis, la direction de la banque a envoyé des invitations pour la pose de la première pierre qui aura lieu le 22 novembre 2007. Après les enfants de l’arche de zoé, on est amené à constater que ça donne des idées à certains, eh bien alors, cette vente inclut-elle les agents du ministère et les meubles ?

L’étoile de notre Hinda nationale commence-t-elle à pâlir ? A la fête de Moussoro, elle était pourtant en première ligne, sur le même rang que les chefs d’Etat. Son mari a carrément oublié les usages protocolaires en citant sa nième première dame juste après les chefs d’Etat, oubliant au passage les présidents des grandes institutions de l’Etat, son pm, son gouvernement…. Mais bon, l’explication est toute simple, tous les documents soumis à Deby passent d’abord par la trappe de Hinda, qui est aussi la secrétaire particulière. Et son discours y est passé par là. Alors quel serait l’élément nouveau dans la bergerie de notre Hinda nationale. En ce moment, il y a une prolifération des journalistes ou assimilés de différentes nationalités à N’Djamena. C’est ainsi que le faisceau oculaire d’IDI est tombé sur une journaliste d’origine slave, blanche comme la neige, les yeux bleus et les cheveux châtains ; elle mesure 1m80, belle comme une fée. Cette journaliste vedette télé/radio, polyglotte de son état, s’est glissée de manière aussi perfide que sournoise et lâche, entre Hinda et IDI. Et notre bonhomme commença à saliver à la vue de cette …. Hormis le décor, cela ressemblerait, à l’histoire du vieil empereur Bokassa de la RCA lors d’une visite dans un pays de l’ex Europe de l’Est. Rappelez vous, Bokassa a tout simplement demandé l’autorisation d’embarquer une de ces aux yeux bleus dans son avion de retour. Sur le chapitre des femmes blanches, il y a plein d’histoires vraies, à commencer par le doyen des chefs d’Etat, par les Sassou et autres. Donc pour une fois notre bonhomme n’innove pas dans ses sorties de cœur. Mais attendons de voir la suite. Après tout, on a le pétrole n’est ce pas. Ha ! Yoro, vos trois cents un puits, bientôt partis en fumée, en Slavie ….

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook