Combats dans l’Est du Tchad entre l’armée et les rebelles de l’UFDD – Afp

Des rebelles du RFC (Rassemblement des forces pour le changement), le 17 décembre 2006 dans le nord-est du Tchad Des combats ont éclaté lundi matin dans l’est du Tchad entre l’armée tchadienne et une rébellion signataire d’un accord de paix avec les autorités de N’Djamena, l’Union des forces pour la démocratie et le développement (UFDD), a-t-on appris de sources rebelle et militaires.

« Les combats se déroulent depuis ce (lundi) matin et se poursuivent », a déclaré à l’AFP le président de l’UFDD Mahamat Nouri, joint sur téléphone satellitaire.

Des sources militaires interrogées par l’AFP ont confirmé qu’il y avait des accrochages entre les forces gouvernementales et les rebelles de l’UFDD depuis le début de matinée.

L’armée et les rebelles s’affrontent entre Abou Goulem et Am-Zoer, deux localités situées à moins d’une centaine de kilomètres à l’est d’Abéché, la principale ville de l’est du Tchad, en direction de la frontière soudanaise.

L’UFDD, l’une des principales rébellions hostiles au président tchadien Idriss Deby Itno, avait signé le 25 octobre à Syrte, en Libye, en compagnie de trois autres groupes armés, un accord de paix avec les autorités de N’Djamena dont la mise en oeuvre n’avait pas commencé.

Dimanche, le gouvernement tchadien avait accusé les chefs de deux rébellions tchadiennes d’avoir violé cet accord de paix, en attaquant samedi une localité de l’est tchadien.

« Après leur déclaration à la presse remettant en cause l’accord de Syrte, Mahamat Nouri et Timan Erdimi ont pris la lourde responsabilité de violer cet accord de paix », a affirmé le gouvernement. dans un oommuniqué

Mahamat Nouri, président de l’UFDD, et Timan Erdimi, chef du Rassemblement des forces pour le changement (RFC), avaient accusé vendredi N’Djamena de n’avoir rien fait pour mettre en application l’accord de Syrte et prévenu que le cessez-le-feu deviendrait caduc à compter de dimanche.

« Leurs éléments ont franchi la frontière Tchad-Soudan pour attaquer des gendarmes chargés de la protection des camps de réfugiés dans quelques petites localités frontalières dont Hadjer Hadid » samedi matin, selon le communiqué du gouvernement.

Un échange de tirs a brièvement opposé samedi après-midi un groupe d’hommes armés à des gendarmes tchadiens à Hadjer Hadid, à une centaine de km à l’est d’Abéché, principale ville de l’est tchadien, selon des sources concordantes.

Un responsable de l’UFDD, interrogé par l’AFP, a admis que certains de ses éléments étaient impliqués dans l’incident, qui a été qualifié de « mineur » par une autorité locale.

« Ce sont bien nos troupes (qui sont concernées), mais ce n’est pas une attaque. Nos troupes étaient juste à la recherche d’un point d’eau », a-t-il déclaré sous le couvert de l’anonymat, sans donner plus de précisions.


Commentaires sur facebook